Close

Wiame Benlahbib

Wiame Benlahbib

Wiame Benlahbib

 

Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter, nous raconter votre parcours et vos activités ?

Bonjour ! Oui avec plaisir et merci d’abord pour votre invitation ! Je suis Wiame Benlahbib, d’origine de la ville de Meknès et je suis Maroco- Hollandaise. En réalité, après mon bac, j’ai étudié aux Pays Bas et j’ai obtenu un diplôme en langue, communication et culture Néerlandaises. Ensuite, je suis rentrée au Maroc pour faire des études de droit. J’ai alors obtenu une licence en droit privé (le thème de mon mémoire était sur la criminologie). Mon aventure intellectuelle ne s’est pas arrêtée là, j’ai après opté pour un Master en Sciences Politiques (plus exactement en Gouvernance et Intelligence Internationale) à l’Université Internationale de Rabat. Pour mes activités, je suis actuellement membre et chargée des relations publiques à Rotary International dans sa représentation à la ville de Meknès. Au passage, j’aimerais mentionner en plus, que j’ai eu également l’occasion de faire plusieurs formations auparavant notamment : une formation en analyse financière à Bank Al Maghrib, une formation en Programmation Neurolinguistique et des formations politiques diverses. J’ai eu la chance aussi, de participer –pendant mon adolescence- au congrès international des avocats aux Etats- Unis d’Amériques. 

Et votre vie professionnelle ? 

Je travaille actuellement en tant que Politologue- Stratège dans le monde Politico- Business. Je suis également fondatrice et PDG du Bureau d’Etudes et Conseil en Stratégie et Gouvernance. Le concept de mon projet suit parfaitement la stratégie nationale pour l’encouragement de sa Majesté le Roi Mohammed VI de la jeunesse Marocaine à investir ses compétences et transformer ses idées innovantes en des projets concrets pour le bien du pays et du peuple Marocains. En somme, mon travail consiste en la stratégie. J’accompagne les leaders et leurs équipes au sein de leur structure ou organisation de manière interne et externe. Mon travail se focalise sur l’art des détails auxquels on n’y prête pas souvent assez d’attention. Des détails qui, au départ paraissent anodins mais à long terme deviennent la clé de voute du succès ou de l’échec d’une entreprise ou d’un politicien. Tout est question de bonne stratégie. 

Mon métier est plus popularisé au Canada, aux Etats- Unis d’Amériques et en Europe, il y est plus connu sous la dénomination de « Strategist » ou encore dans certains contextes en tant que « Spin Doctor ». Le besoin est déjà créé d’office au Maroc et de facto, je le vois bien comme un métier d’avenir indispensable pour la survie, l’amélioration et le rebond spectaculaire des organisations politiques et d’affaires Marocaines et Africaines en général sur l’échelle internationale. 

 

Et pourquoi ce secteur d’activité

Parce que le Maroc futur que nous envisageons en a besoin. Parce que c’est innovateur comme métier et qu’il touche l’essence des choses au sein d’une organisation. On peut avoir des idées de génie, de l’argent et un bon budget d’investissement, des gens qui nous épaulent et un bon réseau mais sans une bonne stratégie le tout s’écroule comme un effet de domino. La bonne stratégie- pas seulement au niveau technique et administratif mais aussi surtout sur le volet humain et comportemental- sauve la structure, sa productivité et son leader. 

Quels sont vos projets à venir ? 

Effectivement, je compte bien populariser et faire connaitre ce métier au Maroc et participer d’une manière ou d’une autre à son insertion dans chaque organisation, entreprise d’affaire et structure politique marocaine. Nous avons besoin de plus de stratèges, de plus de communicants politiques, de plus de communicants de crise et autres au Maroc… Je reste réalistiquement optimiste que ceci arrivera. La prise de conscience par rapport à l’importance de ce métier est là. Cependant, il faut encore militer pour sa faisabilité et sa mise en action. 

Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie ?

J’en ai plusieurs honnêtement, tout pour moi est un signe et je ne néglige rien autour de moi. Chaque moment, expérience, rencontre et aventure m’apprend quelque chose qui change ma vie. On peut vraiment dire que je suis intellectuellement curieuse et j’aime apprendre. Mais pour répondre à votre question, je dirais qu’il y en a un qui m’a le plus marqué pour devenir stratège un jour. Bon je vous raconte en bref : Vous allez rire mais, j’avais un grand classeur avec un grand titre que j’ai choisi « Moi, en tant que Stratège du leader » (je m’imaginais déjà à des meetings successifs avec le leader et son équipe entrain de lui faire un briefing de mes grandes analyses). C’est drôle comment lorsqu’en y crois vraiment, on y arrive ! 

Bon, revenons au fameux classeur que je ramenais avec moi dans chaque travail et stage que je faisais où j’écrivais toutes mes remarques, mes analyses par rapport aux points forts et faibles de la structure où je suis, les erreurs à éviter par rapport à notre comportement avec le personnel, les meilleures manières de gérer une crise et de la communiquer avant que la situation ne dégénère, les meilleures manières pour motiver des équipes, les failles dans le leadership, la communication interne et la coordination, ce qui manque à l’organisation pour devenir meilleure, les meilleures façons d’aider le leader à gérer et équilibrer sa vie personnelle et professionnelle au sein de sa structure, les détails sur l’environnement du travail (la forme et la disposition des bureaux, les tableaux accrochés sur le mur, les couleurs et l’ambiance, l’absence ou la présence de la climatisation et le chauffage et même les citations –si par hasard- elles sont présentes sur les locaux qu’elles soient collées sur le mur ou dans les mugs personnalisés des salariés… Et plein d’autres points qui sont les missions phares que j’exerce en tant que Stratège aujourd’hui.). J’ai inversé les rôles, c’est mes observations sur le terrain et mes notes qui ont inspiré ma spécialité et mon mémoire de Master.

Il se peut que ce ne soit pour certains que des moindres détails anodins et sans importance et qu’ils jugeront qu’ils n’ont aucune liaison directe avec la productivité et le bon déroulement du travail au sein de la structure mais moi, je vois les choses différemment : je juge que tout est important et que tout le monde est important du plus haut leader- décideur jusqu’à l’agent de sécurité devant la porte qui veille à notre sécurité et à la femme de ménage qui veille à notre hygiène et propreté. Aucune personne – d’après moi- n’est exclue de l’attention, de l’intérêt et de la valeur qu’elle mérite d’avoir. A savoir : toute mon attention, tout mon intérêt et toute sa valeur. 

Vous savez, l’histoire militaire nous le montre bien, même les meilleures troupes de soldats ont connues des défaites durant les temps des guerres à cause de leurs mauvaises préparations. Des fois, même avant la confrontation avec l’ennemi, des soldats ont connus la mort à cause du froid, de la faim, du morale… Il ne faut jamais rien sous-estimer. 

Et ce n’est pas pour rien, que les pays développés donnent une importance sans équivoque au morale, au comportement, à l’anticipation d’une crise, à la communication… Ils savent que c’est la clé du succès. Le Maroc évolue et se développe dans plusieurs volets et secteurs d’activités, ajoutons celui- ci aussi. 

Mon slogan est simple : Be a Bold Genius ! (Sois un génie audacieux !). 

 

Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Ayez confiance en vous ! Faites ce que vous aimez vraiment et ne laissez personne alors là, personne, vous sous- estimez. Soyez dans vos meilleurs états et montrez au monde de quoi vous êtes faites et à quel point vous gérez ! Ayez des principes qui vous définissent, faites du bien là ou vous êtes et n’oubliez surtout pas, que les relations humaines sont aussi un gain autant important que l’argent.

Votre avis sur la situation de la femme au Maroc

J’ai entendu pas mal de fois des : « oh ! Mais tu es trop jeune pour être fondatrice et PDG d’un bureau ! » Je me demande dans ce sens, trop jeune pour qui et selon qui ? Ou bien des « une jeune femme stratège au Maroc ? Ça existe ça ?! ». Apparemment, certains critères non fondés font toujours surface dans notre monde professionnel, surtout pour les femmes. Sachant qu’à l’étranger c’est normal pour nous de voir une étudiante ou un étudiant ouvrir une entreprise et devenir milliardaire ? Je réponds à ces propos que oui, on peut être une jeune femme intelligente qui ouvre son propre bureau dans une spécialité unique et rare et, qui est très compétente. Les femmes au Maroc méritent d’entendre ça. 

Votre avis sur le site ? 

Innovateur dans ses critères de choix des profils féminins, concentré sur la femme professionnelle d’une manière impressionnante et élégante je trouve. L’approche et la manière avec laquelle on m’a invité pour cet entretien est -à mon sens- accueillante et décontractée.

J’espère voir ce site grandir encore plus et que ma contribution puisse y participer en boostant et encourageant les débuts d’autres femmes. 

 Dernier mot ?

J’aime beaucoup ce proverbe de Confucius : 

« Choisis un travail que tu aimes et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie ». Je trouve que c’est la meilleure façon de conclure cet entretien !

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Janvier 2022

scroll to top