Afrique

Louise Mushikiwabo

Louise Mushikiwabo naît à Kigali en 22 Mai 1961, dans une famille tutsi. Elle est la nièce « à la mode de Bretagne » de l’abbé Alexis Kagame, grand philosophe et historien rwandais. En 1981, elle entreprend des études d’anglais à l’université nationale du Rwanda à Butare, où elle obtient son diplôme en 1984.

Elle quitte en 1990 le Rwanda pour les États-Unis où elle fait des études d’interprétariat. Cet exil lui sauve sans doute la vie : en effet, la plupart des membres de sa famille sont victimes du génocide en 1994, notamment son frère, Lando Ndasingwa (en), ministre et figure du Parti libéral rwandais, tué le 7 avril 1994, premier jour des massacres2. Elle consacre un ouvrage au génocide, Rwanda Means the Universe : A Native’s Memoir of Blood and Bloodlines (2006).

Trilingue (kinyarwanda–français–anglais), mariée à un Américain, elle travaille comme traductrice aux États-Unis, puis revient au Rwanda en 2008. Elle travaille en Tunisie, comme directrice de la communication de la Banque africaine de développement puis rentre au Rwanda, où elle est nommée ministre de l’Information par Paul Kagame, dont elle est proche, sans jamais avoir rejoint le Front patriotique rwandais. Elle est ensuite ministre des Affaires étrangères et de la Coopération de décembre 2009 à octobre 2018.

En 2018, Louise Mushikiwabo se porte candidate à la fonction de secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) lors du XVIIe Sommet de la francophonie qui se tient en octobre à Erevan en Arménie. Elle fait figure de favorite, bien que la perspective de son élection suscite des critiques de deux ordres : d’une part, le Rwanda suscite des réserves en matière de défense des droits fondamentaux de ses citoyens, d’autre part, ce pays « s’illustre peu dans la défense de la langue française »2, notamment en adoptant l’anglais comme langue nationale en 2003 et en donnant au français une place moins importante dans l’enseignement.

Grâce au soutien de la France (qui souhaiterait apaiser les tensions avec le Rwanda, au sujet du contentieux qui opposent les deux pays sur le génocide de 1994, elle est élue à cette fonction le 12 octobre 2018, pour un mandat de 4 ans et prend ses fonctions le 1er janvier 2019. Elle est, à compter de son élection, installée à Paris, ville hôte de l’Organisation internationale de la francophonie

Publications

(en) Rwanda Means the Universe : A Native’s Memoir of Blood and Bloodlines, St. Martin’s Press, 2006, 384 p.

Mushikiwabo is a Rwandan working as a translator in Washington when she learns that most of her family back home has been killed in a conspiracy meticulously planned by the state. First comes shock, then aftershock, three months of it, during which her worst fears are confirmed: The same state apparatus has duped millions of Rwandans into butchering nearly a million of their neighbors.

Years earlier, her brother Lando wrote her a letter she never got until now. Urged on by it, she rummages into their farm childhood, and into family corners alternately dark, loving, and humorous. She searches for stray mementos of the lost, then for their roots. What she finds is that and more—hints, roots, of the 1994 crime that killed her family. Her narrative takes the reader on a journey from the days the world and Rwanda discovered each other back to colonial period when pseudoscientific ideas about race put the nation on a highway bound for the 1994 genocide.

Seven years of full-time collaboration by two writers—and the faith of family and friends—went into this emotionally charged work. Rwanda Means the Universe is at once a celebration of the lives of the lost and homage to their past, but it’s no comfortable tribute. It’s an expression of dogged hope in the face of modern evil.

ATLA DE LA FRANCOPHONIE
L’Organisation internationale de la Francophonie, née il y a plus de cinquante ans, rassemble aujourd’hui 88 Etats et gouvernements représentant plus de 300 millions de francophones répartis sur cinq continents. Cet atlas propose un voyage à la fois dans le temps et dans l’espace francophones : La naissance de l’idée d’une organisation internationale basée sur la langue française et sa concrétisation en 1970. Qui parle français aujourd’hui dans le monde et où? Le dynamisme de la Francophonie et son attractivité grandissante. La bataille pour la diversité culturelle. Les missions de la Francophonie et ses priorités aujourd’hui. Les 80 cartes et infographies de cet atlas illustrent l’évolution de la présence de la langue française dans le monde et l’intérêt qu’elle suscite.
L’âme d’une langue n’est pas qu’une affaire de mots. Elle est aussi l’affaire de tous ceux qui l’emploient, la parlent, l’écrivent et construisent son univers linguistique si singulier. L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), qui regroupe 88 États et gouvernements, membres ou observateurs, est au service de la vaste communauté d’acteurs ayant le français en partage. Son 50e anniversaire, en cette année 2020, est donc l’occasion de redire combien ce lien qui nous unit est fort. De l’Afrique à l’Europe en passant par l’Asie et l’Amérique latine, la langue française a tissé entre nous des liens profonds, hérités de notre histoire commune, même lorsque celle-ci est douloureuse, et toujours fécondés par la modernité. Ce petit livre ne prétend pas tout dire de l’âme de la langue française. Il est écrit avec le coeur et dit la passion que nourrissent les écrivains et les artistes pour ces mots qui les ont, tous, rendus plus grands et leur permettent d’écouter battre le pouls des peuples. Un récit de Jean-Marie Gustave Le Clézio, suivi d’entretiens avec Barbara Cassin, Dorcy Rugamba, Fawzia Zouari, Rithy Panh et Simon Njami.

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page