PortraitsAmériqueFirst Woman

Sylvia Elizabeth Mathis

Le 17 février 1976, une avocate de 26 ans nommée Sylvia Elizabeth Mathis est arrivée sur le vaste campus de Virginie qui abritait l’Académie du FBI. Comme les autres recrues, elle était là pour commencer le programme de formation rigoureux de quatre mois et, espérons-le, gagner ses galons en tant qu’agent spécial du FBI.

Mathis, cependant, avait une motivation et un défi supplémentaires. Elle visait à entrer dans l’histoire – à devenir la première femme agent afro-américaine du FBI.

C’était un moment opportun. Dans tout le pays, des portes s’ouvraient enfin pour les femmes afro-américaines. Grâce aux travaux préparatoires posés par des pionnières du XXe siècle telles que Mary McLeod Bethune, Dorothy Height, Rosa Parks, Fannie Lou Hamer et Daisy Bates, les mouvements des droits civiques et féministes convergeaient et prenaient de l’ampleur. Dans les années 1960 et 1970, les femmes noires – comme Shirley Chisholm, qui a remporté un siège au Congrès en 1968 – accédaient à des postes de direction, au gouvernement et ailleurs.

Malgré les signes de progrès, Mathis avait du pain sur la planche.

À l’époque, l’intégration des femmes dans les rangs des agents du Bureau progressait lentement. Seuls environ 40 des quelque 8 500 agents du FBI étaient des femmes; les deux premières femmes agents de l’ère moderne – Susan Roley Malone et Joanne Pierce Misko – avaient obtenu leurs badges et leurs lettres de créance moins de quatre ans plus tôt. Bien qu’accueillies par certains collègues, les femmes et les minorités ne se sentaient souvent pas à leur place à l’Académie.

À l’époque, comme aujourd’hui, la formation elle-même était également assez exigeante. Les candidats devaient maîtriser une variété de matières académiques et exceller dans une série d’exercices pratiques du monde réel. L’aspect physique général de l’entraînement était ardu et nécessitait des recrues moins athlétiques, hommes et femmes confondus, pour déployer des efforts supplémentaires. Même s’ils n’avaient jamais tiré avec une arme de leur vie, les stagiaires devaient rapidement maîtriser l’adresse au tir. Au cours des années précédentes, de nombreux aspirants, dont deux femmes afro-américaines avant Mathis, n’avaient pas pu terminer la formation.

Sylvia E. Mathis est devenue le premier agent spécial afro-américain du FBI en 1976. Elle a servi au bureau extérieur de New York avant de quitter le bureau en 1979.
Sylvia E. Mathis

Mais Sylvia Mathis était déterminée. Née le 7 juillet 1949 et élevée en Caroline du Nord et en Floride, elle avait fait preuve à la fois d’intelligence et de détermination. Elle a obtenu un baccalauréat en sciences politiques de l’Université de New York en 1972 et un doctorat en droit de la faculté de droit de l’Université de Caroline du Nord en 1975. Son doyen de la faculté de droit, un ancien agent du FBI, l’a encouragée à envisager le Bureau. Compte tenu de son intérêt pour la protection et l’application des droits civils, elle a estimé que c’était un bon choix. Elle a postulé et a été acceptée début février.

Au fur et à mesure de la formation, Mathis a fait preuve d’adaptabilité et de dévouement. Son rapport de six semaines a noté que même si elle avait des « difficultés au gymnase et sur le champ de tir », elle travaillait dur. Académiquement, elle se débrouillait bien. Dans l’ensemble, ses instructeurs étaient confiants dans son diplôme et son succès ultime en tant qu’agent, et ils avaient raison.

Le 2 juin 1976, le directeur du FBI Clarence Kelley a remis à l’agent spécial Sylvia Mathis son badge et ses références, # 2658. Elle a reçu une mallette en cuir, un sac à main sans ornements et un revolver Smith & Wesson avec un canon à nez retroussé assez court pour tenir dans le sac à main.

Après avoir obtenu son diplôme, Mathis a été envoyée au bureau extérieur de New York et affectée à son équipe du crime organisé, où elle a aidé à enquêter sur des cas de jeu illégal et d’extorsion. Elle a travaillé sur diverses autres questions, notamment en gérant des missions d’infiltration à court terme et en interviewant des survivants du massacre de 1978 à Jonestown, en Guyane .

En 1979, Mathis a quitté le FBI et est allée travailler comme avocate à New York pendant quelques années avant de déménager à Jacksonville, en Floride, pour être avec sa famille. Elle a ensuite été nommée directrice du Conseil des services œcuméniques du centre-ville de la ville, qui fournit une aide d’urgence aux personnes dans le besoin. Tragiquement, Mathis a été tué dans un accident de voiture en octobre 1983.

Alors que la nation célèbre le Mois de l’histoire des femmes et que le FBI continue de marquer le 100e anniversaire des agents spéciaux afro-américains , le FBI est fier d’honorer Sylvia Mathis et sa vie de service. Elle a aidé à ouvrir la voie à de futures dirigeantes afro-américaines comme Johnnie Gibson Bright, Cassandra Chandler et My Harrison , qui se sont consacrées à la protection de la nation, alors même qu’elles ouvraient une voie parfois difficile au FBI.

Le travail pionnier et vital des femmes et des minorités au sein du Bureau se poursuit à ce jour, tout comme l’engagement du FBI en faveur de l’égalité et de la diversité dans ses rangs.

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page