PortraitsAfriquePolitique

ADJAMAGBO Johnson Brigitte

ADJAMAGBO Johnson Brigitte est une Femme politique, et juriste,

Kafui Adjamagbo-Johnson est née d’un père médecin et d’une mère sage-femme.

Elle fait ses études primaires, secondaires et en partie universitaires au Togo, où elle obtient une maîtrise ès-sciences juridiques en 1983, avant de s’envoler pour Paris où elle décroche un DEA en droit privé à l’Université de Paris V, Malakoff, puis un second DEA en droit privé et droit comparé, option droits Africains et sa thèse de doctorat en 1986 à l’Université de Paris I, Panthéon Sorbonne.

Revenue au Togo, elle entame une carrière d’enseignante à l’École Supérieure des Carrières Juridiques et Administratives (ESACJ) l’actuelle Faculté de droit de l’Université de Lomé, d’abord comme vacataire, puis assistante titularisée en 1988.

ADJAMAGBO Johnson est la secrétaire générale de la convention démocratique des peuples Africains (CDPA). Coordinatrice de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition, elle s’est fait remarquer par son leadership à assumer ce rôle à la tête d’un regroupement politique composée essentiellement d’hommes. Elle est une femme politique qui assume ces convictions et défend ses idées avec force et rigueur, pour démontrer que les femmes sont capables d’assumer n’importe quelle responsabilité.

Son contact avec la politique a commencé quand, à quatre ans, elle fut désignée à Bassar pour remettre un bouquet de fleurs au président de la République d’alors, Sylvanus Olympio, en visite officielle dans la localité[réf. nécessaire].

Son entrée en politique commence en 1990, comme membre fondateur de la CDPA, premier parti politique d’opposition créé au Togo dans la clandestinité.

En 1991, elle est élue au poste de Rapporteur-Général du Bureau Provisoire de la Conférence nationale souveraine, d’où elle a hérité des surnoms le Président me charge de dire et ADJAMA GAKPO.

Elle a siégé au Haut Conseil de la République (HCR), le Parlement de transition[réf. nécessaire], avant d’être nommée Ministre du Bien Être social, des Droits de l’homme et de la Solidarité nationale dans le 1er Gouvernement de Transition

Sortie du gouvernement, elle crée avec un groupe de femmes venant de tous horizons politiques, le Groupe d’action et de réflexion Femmes, Démocratie et Développement (GF2D), dont elle est la Secrétaire Générale jusqu’en 1997.

En mars 2010, elle est la première femme candidate à l’élection présidentielle au Togo. Depuis août 2012 est la secrétaire générale de la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA), un parti d’opposition.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page