InterviewsLes femmes d'Afrique

Amina Rafaa

Pack Lmf Pack Basic

1- Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter, nous raconter votre parcours et vos activités

Amina Rafaa, je suis franco-marocaine, j’ai 64 ans, mère de trois grands garçons (40 ans, 38 ans et 27 ans). Ce qui me définit est certainement mon esprit indépendant et la liberté d’être et de penser est ce qui m’anime au quotidien. J’ai eu plusieurs phases de ma vie avec des tournants décisifs. Avec du recul, je dirais que c’est dans ces moments-là où nos valeurs sont mises à mal que nous avançons pour les réhabiliter et nous faire respecter dans ce que nous sommes vraiment. J’aime randonner surtout en montagne, faire du cheval et cuisiner. J’ai fait une bonne partie de mes études en France. Je suis retraitée d’une administration française au Maroc depuis mai 2022 et je travaille actuellement comme coach professionnel et intervenante pour la formation des cadres et managers dans des entreprises et des institutions privées et publiques. Par ailleurs, je suis modératrice littéraire et je fais mes débuts à la télévision marocaine en tant que scénariste.

2- Et votre vie professionnelle :

J’ai travaillé pendant 25 ans en tant que chargée de mission à l’Institut français de Casablanca, ensuite Coordinatrice nationale des formations pour entreprises auprès de l’Institut français du Maroc. J’ai pu ainsi renforcer mes capacités de développement de l’activité auprès des entreprises et des institutions nationales et multinationales. J’ai également développé mes qualités de formatrice de formateurs et d’intervenante en entreprise et dans les institutions privées et publiques. De la prospection et l’analyse des besoins en formations des personnels à l’ingénierie pédagogique et à l’élaboration des programmes, affectation et encadrement des intervenants pour terminer avec une évaluation de l’intervention et des contenus dispensés pour vérifier leur pertinence effective. J’aime la vie simple, la marche et la cuisine pour partager une bonne table. Mes cartes gagnantes : détermination, rigueur et bienveillance. J’ai toujours veillé à un bon relationnel que ce soit avec les clients et les partenaires ou avec les collègues que je salue au passage. J’ai pu recevoir d’eux des témoignages très gratifiants qui m’ont fait chaud au cœur.

Donc ma vie professionnelle s’est essentiellement articulée autour de la formation à l’adresse de publics professionnels. Transmettre et former reste, à mes yeux, une vocation et une passion. J’ai toujours été convaincue que le partage de connaissances et de compétences est essentiel pour le développement personnel et professionnel de chacun. À travers mes différentes expériences, que ce soit en tant que formatrice ou responsable de formation, j’ai eu l’opportunité de voir l’impact positif que l’apprentissage continu peut avoir sur les individus.

Je suis particulièrement fière d’avoir contribué à l’évolution de nombreux professionnels qui, grâce à la formation, ont pu progresser dans leur carrière, relever de nouveaux défis, et parfois même redéfinir leur trajectoire professionnelle. C’est le cas notamment de cadres militaires qui devaient gravir les échelons en tant qu’officiers supérieurs et que j’ai pu accompagner personnellement dans leur passage de grades grâce aux concours de l’Etat Major et de l’Ecole de guerre. C’est aussi le cas d’enseignants qui ont pu transformer leurs pratiques de la classe en intégrant la dimension relationnelle. Cette dimension humaine et transformative de la formation est ce qui me motive chaque jour à donner le meilleur de moi-même.

3- Pourquoi ce secteur d’activité

J’ai choisi de me consacrer au secteur de la formation pour plusieurs raisons profondes et interconnectées. Avant tout, la formation me permet de toucher à une multitude de secteurs et branches d’activité. Contrairement à d’autres domaines professionnels, la formation est intrinsèquement transversale : elle n’est pas limitée à une seule discipline ou industrie. Cette diversité m’a toujours fascinée, car elle me permet d’interagir avec des professionnels de tous horizons, d’acquérir une connaissance étendue de différents secteurs, et d’adapter mes méthodes pédagogiques en fonction des besoins spécifiques de chaque domaine.

En outre, je suis profondément convaincue de l’importance du développement humain dans le milieu professionnel. Par la formation, nous ne transmettons pas seulement des compétences techniques, mais nous favorisons également l’épanouissement personnel et professionnel. En aidant les individus à développer leurs compétences, nous les accompagnons dans leur parcours de croissance et de réalisation de soi. Cela contribue à créer des environnements de travail plus dynamiques, innovants et productifs.

Lire aussi :   Assia kharbouche

Mon engagement dans la formation repose aussi sur ma passion pour le partage des connaissances. Voir les participants évoluer, gagner en confiance et appliquer ce qu’ils ont appris dans leur quotidien professionnel est une source de grande satisfaction pour moi. Chaque session de formation est une opportunité de stimuler la curiosité, d’encourager l’esprit critique et de renforcer les capacités d’adaptation des apprenants.
Enfin, la formation est un levier puissant pour l’égalité des chances. En offrant des opportunités d’apprentissage continu à tous, indépendamment de leur origine ou de leur parcours, nous contribuons à réduire les inégalités et à promouvoir une société plus inclusive. Cet aspect social et éthique de la formation est particulièrement important pour moi.

4– Quels sont vos projets à venir ?

Pour les années à venir, j’aimerais départager mon temps à 50%-50% entre des activités lucratives et des activités humanitaires caritatives

Pour ce qui est de mes activités lucratives, je suis en train de diversifier davantage mes champs d’interventions en plus de la formation de cadres et managers, j’aimerais notamment développer le coaching des équipes, des organisations et du leadership en individuel ou en collectif, notamment pour accompagner la conduite de changement et des transformations. Le management pédagogique m’intéresse toujours, car j’y vois une opportunité d’essaimage. En effet, lorsque vous transmettez des techniques et des outils à un formateur-enseignant, vous agissez par la même occasion auprès d’une multitudes d’apprenants leur vie durant.
En ce qui concerne mes projets sociaux, je poursuivrai mes actions auprès de certaines institutions situées dans des régions reculées sur le territoire marocain. Mon expérience d’accompagnement auprès de Campus Vivant’e à Ait Bougemaz, un village montagneux qui se situe au-delà d’Azilal et Afourar, durant cette année scolaire qui a connu des grèves pendant une bonne partie de l’année, me conforte dans l’idée que nous pouvons contribuer, chacun selon ses possibilités, au développement humain dans notre pays. Une action de remise d’équipements sportifs offerts par le directeur de la formation à la direction technique nationale (DNT) de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) et des ballons signés offerts par M. R. Boudmane au profit des élèves d’une école primaire du village d’Arrougou, à proximité de Khénifra est une autre façon de transmettre la culture sportive car le sport demeure un excellent moyen de transmettre des valeurs positives telles que la discipline, le respect, l’esprit d’équipe et la persévérance. Ces valeurs sont universelles et peuvent aider les jeunes à mieux se préparer pour affronter les défis de la vie quotidienne. Dans ces programmes d’accompagnement, nous veillons aussi à la culture livresque pour un développement intellectuel, émotionnel et social des élèves. Encourager les jeunes, en particulier ceux des régions reculées, à s’immerger dans la lecture est une mission enrichissante qui peut avoir un impact profond et durable sur leur vie.

Et enfin, une activité toute récente pour moi et qui me tient beaucoup à cœur car je partage ce plaisir avec un de mes fils, c’est la rédaction de scénarios pour la télévision, avec un projet en cours qui concernera la vie difficile de trois enfants abandonnés avec pour chacun, une trajectoire particulièrement pénible mais qu’ils traverseront dans la résilience. Ce sera un travail très réaliste qui me permettra d’aborder la condition des orphelins au Maroc. J’interviens également en tant que modératrice littéraire pour présenter des auteurs marocains francophones.

5- Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie

A bien y réfléchir, le fait que je sois devenue une femme battante est en lien avec mon enfance. Cela a commencé par la perte de mon père lorsque je n’avais pas atteint mes 6 ans. Je pense que c’est là l’évènement phare qui a déterminé tous mes choix ultérieurs car j’ai pu voir ma mère lutter pour la survie de six gamins dont le plus âgé avait 12 ans et le plus jeune à peine un an. Etant la quatrième de la fratrie, je voulais rendre la vie facile. J’étais première de la classe, sans avoir personne pour me dicter mes comportements. C’est ainsi que j’ai développé ainsi un esprit indépendant avec une grande marge d’autonomie.

Lire aussi :   Sara LAMTIRI LAARIF

6– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Ce que je peux conseiller aux femmes qui souhaitent réussir c’est de développer un esprit résilient et de ne jamais baisser les bras car le chemin vers la réussite est rarement linéaire. Il y aura des obstacles et des échecs en cours de route. En regardant les défis comme des opportunités d’apprentissage, nous acceptons d’apprendre et l’on persévère malgré les difficultés. La vie nous amène à tomber parfois mais nous sommes tenues de nous relever. Nous avons aussi besoin de croire en nos capacités. La confiance en soi est un pilier fondamental pour surmonter les défis et saisir les opportunités qui se présentent. Cela passe par la connaissance de soi, la reconnaissance de ses failles et de ses blessures sur lesquelles on doit travailler. Faute de quoi, nous développons des maladies psychosomatiques qui viennent nous alerter sur des points à voir, des questions restées sans réponse. Ce sont là des thématiques que j’ai choisi d’animer dans le cadre de mes accompagnements pour davantage d’affirmation de soi et d’assertivité. Je recommande vivement aux femmes de faire entendre leur voix et chercher leurs propres sources d’inspiration pour devenir des femmes inspirantes à leur tour. La formation continue est un excellent moyen pour se tenir à jour avec un profil qui évolue en phase avec les opportunités de développement grâce à des formations, des ateliers et des certifications qui peuvent enrichir les compétences des femmes actives et renforcer leur expertise. Dans mes ateliers, j’insiste sur la définition d’objectifs réalistes, évolutifs et clairs. Avoir une vision claire de ce que l’on veut accomplir nous aide à rester concentrées et motivées. Un conseil pour les femmes qui sont souvent sur plusieurs fronts en se tuant à la tâche, je les appelle à trouver leur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

Réussir professionnellement, c’est important mais il ne faut pas que ce soit au détriment du bien-être de la femme. Plus vous prenez soin de vous et plus vous maintenez un équilibre avec votre vie personnelle, plus vous donnerez le meilleur de vous. Votre temps est d’autant plus précieux si vous vous en accordez pour vous et vos proches.

J’appelle aussi les femmes à être vraies, authentiques sans craindre les jugements des autres car rester fidèle soi-même et à ses valeurs est une force qui permet de bâtir des relations de confiance et de respect dans ses relations professionnelles et personnelles.

Mon dernier conseil : j’invite à plus de solidarité entre femmes car en soutenant et en encourageant d’autres femmes, nous façonnons un environnement plus inclusif et équitable pour toutes.

7- Votre avis sur la situation de la femme au Maroc

Je dirais qu’il y a eu de grandes avancées compte tenu de notre contexte initial. En effet, la situation de la femme au Maroc est complexe et en constante évolution. Au cours des dernières décennies, des progrès significatifs ont été réalisés en matière de droits des femmes, grâce à des réformes législatives, des initiatives gouvernementales et l’engagement de la société civile. La femme marocaine a démontré sa détermination avec résilience face aux obstacles. D’un côté, le Maroc a adopté des lois et des politiques visant à améliorer les conditions de vie des femmes et à promouvoir leur participation dans différents domaines. La réforme du Code de la famille (Moudawana) en 2004 a marqué un tournant important en renforçant les droits des femmes en matière de mariage, de divorce et de garde des enfants. De plus, des initiatives ont été mises en place pour lutter contre la violence à l’égard des femmes, encourager l’éducation des filles et promouvoir l’autonomisation économique des femmes. A ce propos, j’ai beaucoup apprécié l’intervention de Sa Majesté pour réguler le débat du Conseil des Oulamas à propos des nouveaux amendements de la moudawwana les invitant à laisser de côté les interprétations par ‘halal-haram’ et à adopter une démarche rigoureuse et logique.

Lire aussi :   Alia Chergui

Cependant, il reste encore de nombreux défis à relever pour parvenir à une situation plus équilibrée qui octroie à la femme, où qu’elle soit, ses droits fondamentaux et lui assurer une assise sociale solide car les femmes marocaines continuent de faire face à de nombreux obstacles. Les inégalités persistent dans l’accès à l’éducation, au marché du travail et aux postes de décision. Le taux de participation des femmes dans la vie économique et politique reste faible, et elles sont souvent confrontées à des discriminations et à des stéréotypes de genre profondément enracinés dans la société. De plus, la violence domestique et les violences basées sur le genre demeurent des problèmes majeurs.

Nous nous devons donc de poursuivre les efforts pour renforcer les droits des femmes par des actions concertée de la part du gouvernement, des organisations de la société civile et des citoyens. Il est crucial de sensibiliser la population aux questions de genre, de promouvoir des modèles de réussite féminine et de mettre en place des politiques et des programmes qui soutiennent les femmes dans tous les aspects de leur vie.

8– Votre avis sur le site ?

A mes yeux, Le site « Le Monde au Féminin » est une ressource précieuse et inspirante dédiée aux femmes où qu’elles soient. J’apprécie l’engagement du site à célébrer les réalisations des femmes par une grande diversité des contenus proposés. Les articles et les témoignages publiés sur le site sont souvent rédigés par des contributrices passionnées, ce qui garantit un haut niveau de qualité et de pertinence. Ces contenus offrent des perspectives riches et variées, et encouragent les lectrices à réfléchir, à apprendre et à s’inspirer des expériences des autres. Pour moi, ce site a un impact non négligeable sur les lectrices par ses efforts de sensibilisation et sa mise en lumière des défis auxquels les femmes sont confrontées et en célébrant leurs réussites.
Le design du site est attractif ce qui rend la navigation et la lecture plaisantes aux visiteurs. L’agréabilité et la convivialité de l’interface sont remarquables invitant à une utilisation aisée. La navigation est intuitive, et les articles sont bien organisés, on y trouve facilement les informations qu’on recherche. Chapeau !

9– Dernier mot ?

Pour finir, je dirais que, dans une quête de réussite, c’est l’héroïne qui quitte la vie ordinaire de son village pour répondre à l’appel à l’aventure. C’est certes effrayant mais qu’est-ce que ça vaut la joie ! C’est le voyage de l’héroïne (merci Joseph Campbel). Dans cette quête, « Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur. Notre peur la plus profonde est que nous soyons puissants au-delà de toutes limites. C’est notre propre lumière, et non notre obscurité qui nous effraie le plus ». Nelson Mandela

Il est alors essentiel d’adopter une attitude persévérante et solidaire entre femmes car ensemble, en nous soutenant mutuellement et en partageant nos expériences, nous pouvons surmonter les obstacles et atteindre de nouveaux sommets. L’avenir appartient à celles et ceux qui osent rêver et agir pour un monde plus égalitaire et inclusif. Chaque défi est une opportunité d’apprendre et de grandir, et chaque succès, aussi petit soit-il, mérite d’être célébré.

Je tiens à encourager toutes les femmes à croire en elles-mêmes et à ne jamais sous-estimer leur potentiel. Continuons à avancer, à innover et à construire un monde où chacun a la possibilité de réaliser ses aspirations.
Je dis MERCI à tous ceux qui m’ont soutenue et inspirée tout au long de mon parcours. Mais je dis aussi MERCI à ceux qui m’ont maltraitée, malmenée, calomniée, car grâce à eux, j’ai expérimenté la vie dans ce qu’elle a le moins à offrir et cherché ma lumière dans les ténèbres. J’y ai allumé une bougie pour poursuivre mon chemin quitte à tomber et à me relever.

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Juillet 2024

 

Pack Lmf

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page