Close

Asadullah Nahid

Asadullah Nahid

Asadullah Nahid

– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter, nous raconter votre parcours et vos activités.

Asadullah Nahid, 49 ans, mariée et 4 enfants francos-marocain-pakistanais. Directrice de projets et de communication. j’ai poursuivi mon année de baccalauréat par correspondance avec le CNED.
J’ai eu mon bac lettres en candidat libre. Je me suis rendu compte très vite que le système éducatif tel qu’ il était en France ne me convenait pas.

Apres un semestre en faculté de géographie à Mont-Saint-Aignan (76-Seine Maritime) Je faisais partie de ceux qui n’étaient « pas faits pour les longues études ». J’étais en marge du système dans lequel je ne trouvais aucun intérêt. Mon choix professionnel s’était d’abord porté, dans l’enthousiasme d’une quête pour servir mon pays , sur le métier de la sécurité. Ainsi j’ai intégré une école de formation de police. Au terme de laquelle, j’ai exercé la fonction de Gardien de la Paix.

– Et votre vie professionnelle

Convaincue de la nécessitée impérieuse d’œuvrer, de la place qui est la mienne , dans l’engagement citoyen pour retisser les liens brisés par une crise de notre modèle de l’État social, je me suis résolue à quitter cette fonction qui m’a, au demeurant , tant appris sur la complexité du monde social et la difficile réconciliation de la raison sécuritaire (indispensable aux maintien de la tranquillité publique ) et la raison sociale qui exige une compréhension des souffrances vécues par des populations en quête de promotion et d’ascension !

J’ai, du coup, fondé une association, Réunis et Rassemblés 2R, qui s’est assigné comme mission de venir en aide à des publics jeunes et moins jeunes afin de les accompagner dans l’acquisition des fondamentaux en matière d’alphabétisation. J’ai, par ailleurs, mis en place un dispositif d’aide aux devoirs, et un projet de médiateurs sociaux et sportifs.

Pour ce faire, et grâce au financement Croisé des pouvoirs publics et des collectivités territoriales, j’ai dû recruter 18 salariés pour assurer ces programmes.

Aujourd’hui, ces dispositifs se sont consolidés et la confiance des élus permet de toucher des publics plus larges.

– Et pourquoi ce secteur d’activité

De par ma condition de femme, issue de cette minorité dite «visible », née et socialisée en France, ayant des racines de l’autre côté de la Méditerranée mais « cultivée » des ailes dans un creuset français, il m’était presque naturel de rejoindre l’action collective et associative pour faire valoir des valeurs auxquelles je suis viscéralement attachée : une société respectueuse des droits humains et méritocratique .

Ma connaissance du terrain , en l’occurrence un des espaces urbains où les assise citoyenne les plus endommagés , Le bassin de mantes la Jolie , mes rencontres avec des élu (e)s et des acteurs «aguerris » dans le l’univers de l’accompagnement des «accidentés de la vie » m’ont convaincu que , désormais , ma place est dans cette dynamique d’aide et de transformation des vécus des gens dans la stricte conformité aux normes et valeurs de notre république.

– Quels sont vos projets à venir ?

Grâce à cette structure associative devenue un acteur connu et reconnu , j’ai inauguré un cycle de conférences pour offrir l’occasion à ces publics de venir échanger et dialoguer avec des intellectuels et des experts sur des sujets d’un intérêt certain et qui les éclairent à la fois sur leur Histoire que sur des sujets d’actualité !

Il y avait urgence dans le contexte à la fois marocain et français de porter le débat devant les Marocains de France. Il s’agit de sortir des vieilles méthodes et inaugurer une autre approche qui rejoint les Marocains de France (et d’Europe) dans leur évolution et leurs préoccupations.

Deux objectifs :

1-Renouer le dialogue avec la communauté des Marocains en tant que citoyens des deux rives. Les marques de sympathie et les initiatives royales, à l’occasion de ses discours royaux et de ses visites, insufflent une dynamique de nouvelles dans l’approche des problématiques des Marocains: c’est la voie tout indiquée !

2-Intégrer les Marocains dans la vie quotidienne de leur pays d’origine : à travers des conférences qui explicitent les enjeux, les transformations de leur pays, mais aussi les attentes.

Pour ce faire, avec l’association 2R – Réunis Rassemblés, nous proposons d’entamer un cycle de rencontres / conférences/ débats avec ces citoyens Marocains des deux rives en choisissant trois lieux symboliques de leur implantation.

Les thématiques choisies doivent combiner l’évolution de leur pays d’origine et son impact. D’autres conférences pour reconstituer le « nombril ombilical » entre la nouvelle génération et leur origine. Savoir d où l’on vient , nous permet de savoir où l’on va…

2 grands projets:

> Les cliniques de la femme: créer des sortes de dispensaires dans les milieux ruraux pour un meilleur accès aux soins , essentiellement dirigée par les Elles.( nouvelle structure de Réunis et Rassemblés)

> Festival de l’Atlas à l’Himalaya

– Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie

Le fil rouge du Covid en 2020 à renforcé ma détermination à croire au vivre-ensemble, à l’entraide et  surtout à l’ humanisme de chacun. Ma conviction profonde est que l’homme, pendant sa courte vie, apporte bravement sa contribution à ce qui sera. Les joies, les peines, les repentirs, des mots différents pour une même chose : pour cet inexplicable et bouleversant besoin de créer.

– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Rassurez-vous, vous êtes capable de développer votre leadership féminin, même si ce n’est pas inné. En fait, tout dépend si vous êtes dans votre zone de génie ou non. Il y a de la place pour tout le monde et chacune a sa propre façon de diriger.

Une phrase qu’on m’a dite un jour et que je trouve magnifique :

“Ce qui résiste persiste, ce que j’embrasse s’efface”. Cela veut tout simplement dire que si vous refoulez vos émotions, alors elles resteront. En revanche, si vous les accueillez, elles s’en iront. J’estime que la croissance personnelle impacte à 90% sur la croissance professionnelle.

– Votre avis sur la situation de la femme.

Malgré une représentation des femmes au niveau des instances publiques ,de décision au niveau national, local et régional…

Le taux reste très faible. Le contexte politique actuel démontre que quels que soient les efforts consentis, les inégalités et les discriminations sont réelles au quotidien pour les femmes marocaines. Les gouvernements successifs nous ont légué un pays aux besoins incommensurables. L’espoir n’ est pas perdu à condition de les transformer en opportunités dans lesquelles gouvernement et gouvernés s’investissent dans la construction du Maroc de demain…c’ est dire l’ampleur qui nous attend nous les femmes.

– Votre avis sur le site ?

Un site qui donne la parole aux femmes, l’avenir s’écrit au féminin grâce à vous

– Dernier mot ?

Autodidacte, ma vraie force, c’est que je vais là où je veux aller avec la volonté d’en apprendre plus pour mon propre plaisir. La notion de plaisir, justement, c’est quelque chose qui me rend performante, car les apprentissages imposés ne sont plus une contrainte

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Mars 2022

scroll to top