Close

Marie Andréa ADJAKPA

Marie Andréa ADJAKPA

Marie Andréa ADJAKPA

– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter, nous raconter votre parcours et vos activités

Je réponds au nom de Marie Andréa ADJAKPA. De nationalité Béninoise, précisément de Dassa-Zoume, Je poursuis mon cycle universitaire licence en Sciences et Techniques des Activités Socio Educative ( STASE) option récréologie à l’Institut National de la Jeunesse, de l’Education Physique et du Sport (INJEPS) de Porto Novo.

J’ai passé un BEPC et un bac littéraire ce qui justifie certainement mon orientation après le baccalauréat.

Je suis bloggeuse cinéma, animatrice culturelle et actrice comédienne. Je m’aventure peu à peu dans l’univers de l’entrepreneuriat culturel également.

– Et votre vie professionnelle ?

Ma vie professionnelle se résume au cinéma et à la culture. Je tiens un blog qui cherche à :

• Promouvoir les compétences scéniques et artistiques des jeunes acteurs/ actrices béninois
• Assurer la visibilité des initiatives cinématographiques professionnelles béninoises
• Participer au brassage cinématographique
• Motiver par les expériences cinématographiques des acteurs dignes.

Pour atteindre ses objectifs, nous proposons des articles tournant autour de :

• la restitution des formations en cinéma
• la présentation ou l’annonce des festivals
• la visibilité des acteurs, réalisateurs, scénaristes, producteurs, etc
• les premières de films/Projections

Je suis communicatrice dans certaines ONG qui défendent la cause féminine.

Je profite de ce canal pour dire un grand merci à l’équipe qui m’accompagne. Je veux citer, Elvis ODIDI, Loko Mario et Gédéon AMOUSSOUN. Vous êtes les meilleurs.

– Et pourquoi ce secteur  ?

J’ai choisi ce secteur d’activité parce qu’il s’agit tout d’abord d’une passion.

Et comme la passion est monétisable, je pose mes bases dans le domaine du marketing. Les multiples avantages du digital demandent à ce qu’on les exploite. Let’s explore.

J’aime ce que je fais.

– Quels sont vos projets pour l’avenir?

L’avenir pour moi c’est maintenant. Les projets sur lesquels je travaille activement sont au nombre de deux. Il s’agit de la cocréation d’une entreprise culturelle et d’un orphelinat.

Une entreprise culturelle parce que tout d’abord, je suis une grande passionnée des arts et de la culture donc cela aurait été absurde que je m’oriente dans un secteur autre que celui-ci. C’est dans le souci de participer à la redynamisation du secteur culturel enclenchée par le gouvernement béninois, associer le maximum de jeunes qualifiés aux projets de développement culturel, prendre en charge leur formation et enfin assurer la médiation des artistes que notre entreprise culturelle naissante se fonde. Nous envisageons mettre également en œuvre des programmes de planification d’activités de loisirs.

Mes expériences personnelles suscitent à chaque niveau en moi des interrogations. La création de l’orphelinat parce-que j’ai des accointances avec les orphelins. Une certaine empathie qui me pousse à donner un coup de pouce aux plus défavorisés. C’est loin d’être un acte charitable. Pour moi ça va bien au-delà.

– Quels sont les moments ou évènements qui ont changé votre vie?

– Le décès de mon père

Rien ne sera plus comme avant. Il venait de s’en aller mon héros. A partir de cet instant, j’ai senti cette  lourde charge pesée sur moi. Le rendre fière de là où il est, faire la fierté de ma mère, et celle de mes frères et sœurs. J’espère fortement que je suis sur la bonne voie.

– La sélection à la formation de pratique du casting chez l’actrice au cinéma

J’ai été sélectionné en septembre 2020 à une formation à laquelle j’avais fortuitement postulé. Je dis souvent ”fortuitement postulé” parce que je n’avais pas d’intérêt particulier à y participer. C’est au cours de cette formation que j’ai recentré ma vie. Je suis allée au contact de ma passion qu’est le cinéma.  J’ai découvert mes centres d’intérêts et j’ai également trouvé mes aspirations professionnelles. Chaque détail et chaque rencontre lors de cette formation ont comptés dans les moindres détails.

Des évènements heureux ou malheureux n’en manqueront jamais dans notre vie. En parlant d’évènement; je suis une grande optimiste. Ce n’est pas pour dire que la nature des situations autant qu’elles sont ne m’atteigne pas. Bien au contraire, elles ajoutent cette expérience de plus, et moi je les prends du bon côté et je me dis, en fait, ça devait arriver.

– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Moi aussi je fais partie des femmes qui veulent réussir et donc j’ai également besoin de conseil. Rires…

Je vais partager deux conseils que moi-même j’applique moi-même. Il faut être bienveillant envers soi-même et oser la vie c’est à dire sortir de sa zone de confort. C’est important.

– Votre avis sur la situation de la femme au Bénin

Tout n’est pas encore rose. Je suis bien joyeuse de vous dire que les femmes se bougent. On note de plus en plus, des initiatives féminines abordant des thématiques fondées. Le leadership féminin est en train de se développer sous toutes ses formes. Malheureusement cela n’est constaté que dans les métropoles. Que nos stratégies d’intégration prennent aussi en compte les femmes en milieu rural afin de susciter l’entrepreneuriat féminin dans ce milieu.

Les problèmes d’harcèlements sexuel, moral, physique, etc. persistent malgré les sanctions prévues par la loi. Cela aurait-il dû à un problème culturel ou religieux ?

Nous devons réfléchir dans ce sens.

– Votre avis sur le site

L’interface est très bien soignée. Toutes les histoires que vous partagiez sont inspirantes. C’est fou comme boulot et je pèse bien mes mots. Du courage et longue vie à votre site web.

– Dernier mot

Je vous remercie de m’avoir accordé une interview. Qui sait, elle inspirera plus d’une. Soyons tous solidaires pour qu’ensemble, nous construisons un monde aux traits spécifiques de nous acteurs de développement.

Merci à tous ceux qui m’impacte consciemment ou inconsciemment car une chose est d’être motivé, l’autre chose est de créer son environnement favorable.

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Mars 2022

scroll to top