Les femmes d'AfriqueInterviews

Oumou Khairy THIAM

Pack Lmf Pack Basic

1) Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter, nous raconter votre parcours et vos activités

Bonjour je suis ravie de pouvoir répondre à votre interview et je vous remercie de m’avoir sollicitée 😊
Je suis Oumou Khairy THIAM, sénégalaise, passionnée de technologie, qui a cheminé et qui chemine de jour en jour pour donner de son mieux et recevoir.

Je suis cette femme qui d’après son slogan préféré de Nelson Mandela : “ ne perds jamais ; soit elle gagne, soit elle apprend ’’, adore apporter son aide, polyvalente et se donne à fond dans tout ce qu’elle fait.

Après mon BAC en série G (gestion) et deux années à l’université, je me suis tourné vers l’informatique ou j’ai obtenu mon diplôme de Master en Développement des Systèmes d’Informations ; de la comptabilité à l’algorithme et le développement d’applications (oui, le destin certainement).

2) Et votre vie professionnelle

Des stages d’été et professionnels effectués, j’ai été agent de saisie, secrétaire par intérim, agent de terrain, … .
Je fus stagiaire en développement d’applications, technicienne informatique, support helpdesk puis backup admin et Administratrice Systèmes et Réseaux.
En faisant mes preuves, en prouvant mon désir d’échelonner et grâce à ma persévérance je me construis professionnellement.

3) Et pourquoi ce secteur d’activité

L’informatique m’a choisi. Plus haut je parlais de destin mais il y’a aussi la passion.

Fan de technologie, de modernité, je suis curieuse et c’est ce qui fait un atout sachant que le monde de l’informatique est en constante évolution, il est important de toujours être à l’affût des tendances et des nouveautés.

4) Quels sont vos projets à venir ?

A ce jour je me perfectionne grâce aux Learning, aux différents forums dispensés sur les plateformes et aux certifications pour acquérir de plus amples connaissances et surtout sur la sécurité des systèmes d’information.

A cela, avec mon certificat d’Alumni du YALI et des compétences acquises, lancer mon business et surtout participer à la création d’emploi des jeunes.

Je reste ouverte aux opportunités qui se présenteront et déterminée à continuer à progresser dans ma carrière professionnelle.

5) Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie

Beaucoup de moments et d’évènements pour ne citer : mon insertion au sein du Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération et mon passage au YALI (Young Africain Leaders Initiative qui développe les compétences en leadership et en entrepreneuriat et qui connecte différents jeunes de différentes nationalités), j’y ai éclos ma coquille tout en apprenant à vaincre une certaine timidité, en observant les différents alumnis, à m’exprimer et à soutenir mes idées.

Lire aussi :   Diaba DIAWARA

6) Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

La réussite peut signifier des choses différentes pour différentes personnes, quel que soit leur genre. Cependant, voici quelques conseils qui peuvent être utiles aux femmes qui cherchent à réussir dans leur vie professionnelle tant personnelle, il faut :

  • Se fixer des objectifs clairs en sachant ce qu’on souhaite accomplir à court et à long terme et qui aideront à rester concentré et à mesurer sa progression ;
  • Avoir une confiance en soi est essentielle pour réussir tout en étant convaincue de ses compétences et de sa valeur ;
  • Apprendre en continu, à acquérir de nouvelles compétences, à s’informer sur les domaines qui nous intéressent et à nous adapter aux évolutions de notre secteur.
  • Construire un réseau solide en participant à des événements, en rejoignant des groupes ou en établissant des connexions significatives.
  • Etre persévérante : la persévérance est souvent la clé du succès. Il faut toujours s’attendre à des défis et à des obstacles, mais ne jamais renoncer face à l’adversité. Apprendre de ses échecs et continuez à avancer.
  • Équilibrez sa vie professionnelle et sa vie personnelle, cherchez des mentors et surtout prendre soin de son bien-être (la santé physique et mentale est essentielle pour réussir).
    Chacun a son propre chemin vers la réussite, donc ces conseils peuvent être adaptés en fonction des circonstances individuelles. Il est également important de définir ce que la réussite signifie pour soi, car cela peut varier d’une personne à l’autre.

7) Votre avis sur la situation de la femme au Sénégal

À l’heure actuelle de la parité « absolue et intégrale dans les instances électives ou semi électives », le statut social et culturel du genre reste la priorité en premier ordre pour le Sénégal, dont la prise en mesure passe nécessairement par défier les politiques de développement dans notre pays.

Lire aussi :   Mariama Ndiaye

L’intégration sociale, politique et économique de la population féminine demeure toujours problématique. Et notre société se trouve encore dominée par des représentations culturelles qui entravent dans une large mesure la participation active, responsable et autonome de l’élément féminin. Le système culturel résiste à tout accès ouvert du féminin aux sphères et tâches prestigieuses de la vie sociale, ces dernières étant réservées au masculin.

Pour maintenir cette distribution inégalitaire des tâches, des rôles et des espaces entre sexes, la société érige les différences biologiques en compétences sociales et culturelles. Il s’ensuit que les catégories « féminin » et « masculin » se voient surchargées d’attributs physiques et mentaux. Ces mécanismes de discrimination entre sexes ne constituent nullement une exclusivité sénégalaise comme le veut un point de vue ethnocentriste assez répandu en Europe. Toutes les cultures et les sociétés humaines, quel que soit le niveau de progrès technologique atteint, manipulent les caractéristiques biologiques, à la base de l’appartenance sexuelle des individus, en les transformant en aptitudes psychologiques et sociales.
Il s’agit d’un phénomène universel qui depuis des années figure parmi les préoccupations centrales des Organisations des Nations Unies.

Source : Publication réalisée dans le cadre du partenariat entre ONU FEMMES et l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) pour la mise en œuvre du Projet « Appui aux statistiques du genre » en vue d’améliorer la prise en compte du genre dans le Système Statistique National (SSN) – 2016.

Selon l’Etude sur la contribution de l’entreprenariat et du leadership féminin à la valeur ajoutée de l’économie sénégalaise de la Direction des Statistiques économiques et de la Comptabilité nationale (DSECN) de l’ANSD, les résultats ont montré que les femmes entrepreneures ou gérantes, dans le secteur formel, ont un niveau d’études élevé (60,4% ont le niveau supérieur) et sont relativement jeunes (57,1% ont un âge compris entre 35 et 55 ans).

Lire aussi :   Ndèye Ndiaye Cissé Lakh

Les attitudes à l’égard des femmes dans les pays en développement d’une manière générale et en particulier au Sénégal, au sein du ménage, réduisent leurs opportunités à participer dans la vie active. En effet, dans les domaines tels que la santé, l’éducation, la migration, la nuptialité, l’emploi et l’agriculture, des disparités ont été constatées chez les hommes et les femmes ainsi que chez les filles et les garçons. Sur le plan démographique, la population sénégalaise a plus ou moins atteint la parité dans son effectif, composé de 50,1% de femmes et 49,9% d’hommes. Le rapport de dépendance reste néanmoins plus élevé chez les hommes avec 88,7%, contre 79,0% chez les femmes.

Les statistiques montrent que des efforts sont à fournir dans le domaine de l’insertion professionnelle des femmes pour leur participation effective dans le développement économique du pays.

Certes il y’a un contexte institutionnel qui garantit à la femme sénégalaise une participation dans tous les secteurs d’activité mais les inégalités de genre persistent. Il y’a toujours cette instrumentalisation de la religion et le poids de la culture et de la tradition qui limitent certaines femmes à des activités précises. Briser ce plafond de verre serait une aubaine pour un épanouissement professionnel effectif de ces dernières, le développement ne peut se faire sans la participation de tous.

Il faut l’égalité des sexes dans l’environnement professionnel pour que chacun puisse réussir.

8) Votre avis sur le site ?

Je salue l’initiative pour être porteur de voix des femmes, le site est attractif et met en avant le succès des femmes, aussi braves qu’inspirantes.

9) Dernier mot ?

Je tiens à encourager les femmes de leur persévérance et vous remercier encore pour cette interview, ce fut un réel plaisir pour ma modeste personne, à vous féliciter et vous encourager pour votre travail, pour et aux noms des femmes. Keep it up !!! #GirlPower

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Octobre 2023

Pack Lmf

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page