News

Top 10 des Femmes Noires Inventrices

Pack Lmf Pack Basic

Top 10 des Femmes Noires Inventrices

Introduction

Dans cette présentation sur l’excellence noire, nous mettrons en lumière 10 femmes noires inventrices. Nous souhaitons particulièrement souligner l’ingéniosité, l’innovation et la créativité des femmes noires qui ont transformé ce monde de manière incroyable. Il est essentiel pour la communauté noire, ainsi que pour l’Amérique blanche, de comprendre l’impact des pionnières, entrepreneures et inventrices noires de notre passé.

Nous espérons que vous prendrez le temps de célébrer ces femmes pionnières qui pourraient inspirer nos jeunes et les aider à réaliser leurs rêves. Dans cet article sur l’excellence noire originale, nous présenterons 10 femmes afro-américaines dont les inventions ont changé le monde.

1. Patricia Bath – Pionnière en ophtalmologie

Patricia Bath est associée à de nombreuses prouesses incroyables dans le domaine de la médecine ophtalmologique. Née à Harlem, New York, le 4 novembre 1942, elle a développé un intérêt pour la science dès son enfance. Après avoir obtenu son diplôme de chimie à l’université Hunter en 1964, elle a poursuivi des études de médecine à l’université Howard, où elle a obtenu son diplôme avec les honneurs en 1968.

Pendant ses études à l’université Columbia, elle a découvert que les Afro-Américains étaient deux fois plus susceptibles de souffrir de cécité et huit fois plus susceptibles de souffrir de glaucome. Cette découverte l’a poussée à inventer des dispositifs et des systèmes pour améliorer les résultats. L’un de ses inventions brillantes est la sonde laser Faco, pour laquelle elle est devenue la première femme médecin afro-américaine à détenir un brevet pour un dispositif médical. Ce dispositif, achevé en 1986, a permis un traitement moins douloureux et plus précis de la cataracte grâce à la technologie laser.

En plus de cette invention, elle a également été pionnière dans la création de cliniques d’ophtalmologie communautaires et a co-fondé l’Institut américain pour la prévention de la cécité en 1976. Patricia Bath a remporté de nombreux prix prestigieux au cours de sa vie et a continué à promouvoir l’innovation et la télémédecine.

2. Marie Van Britten Brown – Pionnière des systèmes de surveillance

Marie Van Britten Brown est née dans le Queens, New York, le 22 octobre 1922. Elle travaillait comme infirmière et était mariée à Albert Brown, technicien électronique. Le taux de criminalité dans leur quartier était élevé et la réponse de la police était lente, ce qui a poussé Marie à chercher des moyens d’augmenter le niveau de sécurité dans sa maison. Elle a donc inventé le premier système de sécurité domestique et jeté les bases des systèmes de surveillance modernes.

Le système de sécurité de Marie Brown était composé de judas, d’une caméra, d’un microphone bidirectionnel et d’un bouton d’alarme. Les judas étaient placés à trois hauteurs différentes sur la porte d’entrée pour convenir à différentes tailles de personnes. Une caméra était montée de l’autre côté de la porte et pouvait projeter l’image sur un écran via un système sans fil. Le microphone permettait à Marie de parler à la personne à la porte et cette personne pouvait lui répondre. Si la personne était perçue comme un intrus, le bouton d’alarme alertait immédiatement la police. Si la personne était un ami, la porte pouvait être ouverte à distance.

Marie et Albert Brown ont déposé une demande de brevet le 1er août 1966, intitulée « Système de sécurité domestique utilisant la surveillance télévisuelle », et il leur a été accordé le 2 décembre 1969. Son invention lui a valu une reconnaissance bien méritée, y compris un prix du comité national des scientifiques.

3. Miriam Benjamin – Inventrice de la chaise-signal

Miriam Benjamin est née libre le 16 septembre 1861 à Charleston, en Caroline du Sud. Sa famille a déménagé à Boston, dans le Massachusetts, pour lui offrir de meilleures opportunités scolaires. Elle est devenue enseignante dans cette ville, puis a déménagé à Washington, D.C., où elle a travaillé comme enseignante et commis fédéral. Pendant qu’elle travaillait comme enseignante, elle a inventé la chaise-signal pour les hôtels.

Lire aussi :   La femme la plus riche du monde est française, selon le classement Forbes 2022

L’idée lui est venue de trouver un moyen d’attirer l’attention des serveurs dans un hôtel depuis le confort de sa chaise. La chaise était dotée de deux composants : un bouton d’alarme et un signal lumineux. Lorsque le bouton était pressé, il sonnait à la station des serveurs et une lumière sur la chaise indiquait au serveur de qui provenait la demande de service. Miriam a obtenu un brevet pour son invention en 1888, ce qui fait d’elle la deuxième femme afro-américaine à recevoir un brevet aux États-Unis.

Malheureusement, le Congrès des États-Unis a installé une version similaire de sa chaise sans lui donner le crédit qu’elle méritait. Néanmoins, l’invention de Miriam Benjamin a jeté les bases du bouton d’appel des hôtesses de l’air, un outil clé pour le service à la clientèle dans l’industrie aérienne.

4. Sarah Goode – Inventrice du lit-armoire pliant

Sarah Goode est née esclave en 1850 et n’a reçu aucune éducation formelle pendant son enfance. Après avoir obtenu sa liberté à la fin de la guerre civile, elle a déménagé à Chicago avec son mari, qui était charpentier. Ensemble, ils ont ouvert un magasin de meubles. Sarah a réalisé que beaucoup de ses clients étaient des personnes de la classe ouvrière vivant dans de petits appartements et n’avaient pas assez d’espace pour de nombreux meubles, y compris des lits.

Elle a donc réfléchi à un moyen d’utiliser cet espace réduit tout en offrant le confort d’un lit. C’est ainsi qu’elle a inventé le lit-armoire pliant. Ce lit-armoire était composé d’un lit qui pouvait être dissimulé lorsqu’il n’était pas utilisé pour servir de bureau à abattant avec des compartiments pour les fournitures de bureau et autres. Ce lit permettait à ses clients d’avoir à la fois le confort d’un lit chez eux et le luxe d’un bureau pour leurs activités d’écriture. Le lit fixé à l’armoire était suffisamment large pour accueillir deux adultes ou un adulte et deux enfants.

Le lit-armoire pliant a été une invention opportune et satisfaisante, et il est l’ancêtre du lit escamotable moderne. Sarah Goode a obtenu un brevet pour son invention le 14 juillet 1885, ce qui fait d’elle la première femme afro-américaine de l’histoire à recevoir un brevet pour une invention.

5. Marjorie Stewart Joyner – Pionnière de la cosmétologie

Marjorie Stewart Joyner est née le 24 octobre 1896 à Monterey, en Virginie. Elle a déménagé à Chicago et a commencé à étudier la cosmétologie à l’école de beauté A.B. Molar en 1912. En 1916, elle est devenue la première diplômée afro-américaine de cette école. La même année, à l’âge de 20 ans, elle s’est mariée avec Robert E. Joyner, podiatre, et a ouvert son propre salon à Chicago.

Joyner a rencontré une autre esthéticienne et femme d’affaires influente, Madame C.J. Walker, qui dirigeait plusieurs écoles de beauté à travers le pays. Dans les années 1920, les femmes afro-américaines avaient l’habitude de lisser leurs cheveux avec des fers à friser très chauds. Ce processus était lent et inconfortable car seul un fer pouvait être utilisé à la fois. Cela a incité Joyner à réfléchir à des moyens d’améliorer cette méthode.

Un jour, alors qu’elle préparait un rôti dans sa cuisine, Joyner a regardé le rôti, qui était maintenu et chauffé par plusieurs tiges fines et longues. Elle a envisagé un système similaire qui utiliserait plusieurs tiges suspendues au-dessus de la tête du client et qui pourraient rouler plusieurs mèches de cheveux à la fois. Ensuite, elles pourraient être chauffées pour produire une permanente ou une boucle dans les cheveux pendant quelques jours.

En 1926, elle a commencé à expérimenter jusqu’à ce qu’elle obtienne un prototype réalisable. Elle a reçu un brevet américain pour son invention, le « perfect wave machine », en 1928. L’année suivante, elle a inventé un protecteur de cuir chevelu pour rendre le processus de bouclage plus confortable pour les clientes. Malheureusement, les brevets des deux produits étaient attribués à Madame Walker et Joyner n’a pas reçu de compensation substantielle pour ses inventions. Néanmoins, ses inventions ont été utilisées dans de nombreux salons pour des clients noirs et blancs, et elle a continué à créer des systèmes pour soutenir les normes des esthéticiennes du pays.

Lire aussi :   10 Marques Fondées par des Femmes

6. Judy Reed – Inventrice du pétrisseur de pâte

Malheureusement, il n’existe aucune documentation officielle sur la naissance et l’enfance de Judy Reed, car elle est née pendant l’esclavage à une époque où il était illégal d’apprendre à lire et à écrire aux personnes réduites en esclavage. Cependant, en janvier 1884, Reed a demandé un brevet pour son pétrisseur de pâte. Le dispositif était une amélioration par rapport aux pétrisseurs déjà existants.

Le dispositif de Reed était composé de deux rouleaux, de lattes ondulées, et d’un récipient couvert. Ce dispositif permettait à la pâte de se mélanger de manière homogène en passant entre les deux rouleaux, qui étaient sculptés avec des lattes ondulées servant à pétrir la pâte. Ensuite, la pâte passait dans un récipient couvert pour la garder propre et protégée.

Le brevet a été accordé le 23 septembre 1884 à une personne qui a signé « X » pour ce « donator enroller ». On pense que Judy Reed a signé « X » parce qu’elle ne savait pas écrire ou épeler son nom. Cette lacune technique est la raison pour laquelle Judy Reed n’est pas officiellement reconnue comme la première femme afro-américaine à détenir un brevet.

7. Sarah Boone – Amélioration de la planche à repasser

Sarah Boone est née Sarah Marshall en 1832 dans le comté de Craven, en Caroline du Nord. En 1847, à l’âge de 15 ans, elle a épousé James Boone à New Bern, en Caroline du Nord. Avant la guerre civile, elle et son mari ont déménagé à New Haven, dans le Connecticut. Sarah travaillait comme couturière, tandis que son mari était maçon.

En tant que couturière et mère de huit enfants, Boone trouvait difficile de repasser les manches et les vêtements féminins car ils étaient courbés et étroits. Le repassage à cette époque se faisait soit sur une paire de chaises soit sur une surface plane avec un fer chauffé sur une cuisinière ou un feu. Cela se faisait généralement dans la cuisine en raison de la proximité de la cuisinière ou du feu.

Boone a inventé une amélioration des planches à repasser déjà existantes. Sa planche était conçue pour être efficace pour repasser les manches et les corps des vêtements féminins. La planche était étroite et courbée, ce qui correspondait à la forme d’une manche féminine à cette époque. La planche était réversible, ce qui rendait plus facile de repasser les deux côtés des manches. Elle était également adaptée pour repasser les coutures de taille incurvées des vêtements.

Boone a déclaré dans sa demande de brevet que le but de son invention était de produire un dispositif bon marché, simple, pratique et très efficace, spécialement adapté pour le repassage des manches et des corps des vêtements féminins. Sarah Boone a obtenu un brevet pour sa planche à repasser le 26 avril 1892. Elle est décédée en 1904.

8. Ellen Eglin – Inventrice de l’essoreuse à linge

Ellen Eglin est née en 1849 à Washington, D.C., où elle a vécu pendant son enfance et sa vie d’adulte. Pendant son séjour à Washington, elle a travaillé comme femme de chambre et commis du gouvernement. À cette époque, le lavage des vêtements se faisait uniquement à la main, et l’essorage des vêtements et le séchage se faisaient également à la main.

Ellen a réalisé qu’il devait y avoir un moyen plus efficace d’essorer l’eau des vêtements, alors elle a mis son esprit au travail et a inventé un appareil qui a changé le processus de lavage et l’a rendu plus efficace et plus confortable. Elle l’a appelé l’essoreuse à linge.

L’essoreuse d’Eglin était une machine composée de deux rouleaux montés dans un cadre relié à une manivelle. Les vêtements étaient placés entre les deux rouleaux et lorsque la manivelle était tournée, l’eau était pressée des vêtements. Ellen a demandé un brevet et l’a obtenu. Cependant, Ellen a vendu son brevet à une personne blanche intéressée par la fabrication du produit pour une somme symbolique de 18 dollars. En 1890, elle a été présentée dans le numéro d’avril du magazine « Woman Inventor », où on lui a demandé pourquoi elle avait vendu son brevet. Elle a répondu : « Vous savez, je suis noire. Si on savait qu’une femme noire avait breveté l’invention, les femmes blanches n’achèteraient pas l’essoreuse. J’avais peur d’être connue en raison de ma couleur, et de l’avoir mise sur le marché. C’est la seule raison. » L’acheteur du brevet a ensuite produit le produit et en a tiré de considérables récompenses financières.

Lire aussi :   Trois Tunisiennes, Ambassadrices de la Diplomatie, partagent leur expérience avec Best Diplomats

9. Litta Newman – Inventrice d’une nouvelle brosse à cheveux

Linda Newman est née dans l’Ohio en 1885, mais elle a vécu dans cet État jusqu’à la fin des années 1890, date à laquelle, selon les registres officiels du recensement, elle est devenue résidente de New York. Newman était coiffeuse de profession et également militante pour les droits des femmes. Elle a milité aux côtés de militantes célèbres pour le droit de vote des femmes. En tant que coiffeuse, Newman a réfléchi à des moyens d’améliorer son entreprise et a conçu une brosse à cheveux améliorée.

Son design de brosse à cheveux comprenait des caractéristiques qui favorisaient l’efficacité et l’hygiène. Les soies étaient espacées régulièrement en rangées avec des fentes ouvertes pour éliminer les débris des cheveux dans un compartiment. Le dos de la brosse pouvait s’ouvrir d’un simple bouton pour nettoyer le compartiment. La brosse à cheveux était non seulement efficace, mais aussi élégante. Linda a obtenu un brevet pour sa brosse à cheveux le 15 novembre 1898.

Dans les années 1920, Newman a dirigé un groupe dans son quartier qui sensibilisait les femmes au droit de vote. Elle a continué à se battre pour les droits des femmes et a travaillé comme coiffeuse pour une famille privée tout au long de sa vie adulte.

10. Alice H. Parker – Inventrice du chauffage central au gaz

Alice Parker est née en 1895 à Morristown, dans le New Jersey. Elle a fait ses études primaires dans le New Jersey avant de déménager à Washington, D.C., où elle a fréquenté l’Howard University Academy, un lycée affilié à l’université Howard. Elle a obtenu son diplôme avec les honneurs de l’académie en 1910.

En grandissant dans le New Jersey, Alice a ressenti que sa cheminée n’était pas assez efficace pour chauffer sa maison pendant les hivers froids. Cela l’a amenée à concevoir un moyen plus efficace de fournir de la chaleur pendant l’hiver. Elle est créditée de l’invention du chauffage central utilisant le gaz naturel.

Le système de chauffage central de Parker permettait à l’air frais d’être aspiré dans le fourneau, puis conduit à travers un échangeur de chaleur qui distribuait de l’air chaud dans des conduits individuels pour chaque pièce d’une maison. Son invention était pratique, car elle réduisait le besoin pour les gens de sortir couper du bois pendant les hivers. Elle réduisait également les risques d’incendie associés aux cheminées.

Bien que le concept de chauffage central existe déjà avant la naissance de Parker, son design était novateur car il utilisait du gaz naturel au lieu du charbon ou du bois comme le faisaient les autres. Son invention a ouvert la voie à l’utilisation du gaz naturel et à la conservation de l’énergie dans les systèmes de chauffage central que nous avons dans nos maisons aujourd’hui. Parker a obtenu un brevet américain pour son invention le 23 décembre 1919.

Conclusion

Nous espérons que cette présentation sur l’excellence noire vous a été utile. Ces 10 femmes noires inventrices ont laissé une empreinte indélébile dans le monde grâce à leurs inventions révolutionnaires. Leurs réalisations devraient être célébrées et reconnues pour l’impact qu’elles ont eu sur notre société.

 

Pack Lmf

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page