Close

Year of the Elephant

 

La nouvelle et les huit nouvelles qui constituent “L’année de l’éléphant” – une allusion à une bataille décrite dans le Coran – constituent une représentation éloquente de la vie à la suite de la lutte réussie du Maroc pour l’indépendance de l’occupation française. Dans la nouvelle titulaire, la protagoniste, Zahra, vient de rentrer dans sa ville natale après avoir été divorcée par son mari pour être trop traditionnelle et incapable de suivre son mode de vie moderne. S’étant consacrée, aux côtés de son mari, à la création d’un Maroc indépendant, elle s’attendait à partager avec lui les fruits de l’indépendance, mais elle se retrouve projetée dans un monde étranger. Alors que Zahra peine à se faire une place dans ce nouveau Maroc, ses efforts reflètent la société marocaine. s essaient dans leur ensemble de tracer une voie dans le conflit entre tradition et modernisme. Lorsqu’il a été publié en anglais en 1989, “L’année de l’éléphant” a été le premier roman d’une femme marocaine à être traduit de l’arabe vers l’anglais. Dans les années qui ont suivi, il est devenu populaire auprès des lecteurs pour l’image unique qu’il offre de la vie marocaine et de la culture islamique nord-africaine. Cette édition révisée comprend une introduction, qui examine l’impact de la traduction anglaise depuis sa publication originale, et un guide d’étude.

 

L’auteur 

Leila Abouzeid est née en 1950 à El Ksiba, c’est une journaliste et auteure marocaine. Elle écrit en arabe, elle est la première écrivaine marocaine dont les œuvres sont traduites et publiées en anglais.

Leila Abouzeid écrit avoir vu son père, quand elle était enfant, arrêté et torturé par les autorités françaises. Elle nourrit dès lors une forte aversion pour le français, la langue de l’ancienne puissance coloniale.

Elle utilise l’anglais, une langue plus neutre dans l’histoire du Maroc, qu’elle a appris plus tard, pour traduire ses livres et communiquer avec le monde occidental.

Leila Abouzeid anime une des premières émissions de radio en arabe au Maroc.

Le premier livre qu’elle publie en 1980 s’intitule Am Al-Fiil (en français : « Année de l’éléphant »). Il est traduit en anglais en 1990, et seulement en 2005 en français. Ce roman raconte le parcours d’une femme dans les années suivant l’indépendance. Son œuvre aborde particulièrement les questions de la condition et de l’émancipation des femmes au Maroc.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

0 Comments
scroll to top