Les femmes d'AfriqueInterviews

Fatima Ezzohra Mchirah

Pack Lmf Pack Basic

1- Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter, nous raconter votre parcours et vos activités ?

Je suis Fatima Ezzohra Mchirah, 57 ans, mariée, 2 enfants 27 (travaille en France) et 23 ans (en fin d’études en France).

Je suis actuellement responsable pédagogique dans une école privée sur Rabat. J’ai un bac option Economie (lycée Descartes) et un BTS en gestion commerciale. J’ai eu plusieurs expériences de l’hôtellerie, aux Domaines Royaux, l’ONCF, différentes sociétés pour atterrir dans le domaine de l’enseignement. J’ai commencé en tant qu’enseignante de français, SVT et d’informatique pour devenir responsable pédagogique sur plusieurs écoles privées à Casa et Rabat.

2- Et pourquoi ce secteur d’activité ?

Franchement, je ne l’ai pas choisi. C’est plutôt lui qui m’a choisie ou plutôt mon bac français. J’aimais beaucoup le tourisme et plus particulièrement l’hôtellerie. Mais depuis 20 ans, j’ai appris à aimer ce que je fais et surtout le contact avec les enfants. On apprend tous les jours.

3– Quels sont vos projets à venir ?

Monter un projet qui me tient à cœur depuis très longtemps. Peut-être que j’y suis presque. Chut.

Sinon, j’aimerais passer mon temps à voyager et rencontrer de nouvelles personnes.

4- Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie ?

Une tumeur du sein. Cela change la vie et j’en suis reconnaissante envers Dieu car cela m’a ouvert les yeux sur plusieurs choses : la vie de couple, les priorités, …

5– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Ne pas baisser les bras et foncer. Si personne ne vous encourage, il faut avoir pleinement confiance en soi et bien étudier toutes les facettes. Si je veux monter un projet à 57 ans, c’est que tout est possible et … Impossible n’est pas marocain !

Lire aussi :   Marie Koré

6- Votre avis sur la situation de la femme au Maroc

La femme s’est beaucoup émancipé dans les villes. Cependant, dans les campagnes et certains quartiers populaires, la femme est encore sous estimée, humiliée et souvent ses droits sont bafoués. Prenons l’exemple du divorce : parfois la femme vit le calvaire et ne peut pas demander le divorce car elle perdrait tous ses droits. Souvent, on lui fait du chantage. Et même après le divorce, elle continue de souffrir avec ses enfants, en attendant une pension qui souvent ne vient pas.

7– Dernier mot ?

Je suis en train d’écrire une autobiographie. Merci à toute l’équipe. Et … au plaisir !

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Juillet 2023

Pack Lmf

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page