InterviewsLes femmes d'Afrique

Nadia Yasin

Pack Lmf Pack Basic

1- Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter, nous raconter votre parcours et vos activités

Je suis Nadia Yasin, franco-tunisienne, juriste de formation, ancienne humanitaire dans différents pays en guerre ou en crise.

Lors de mes dix ans passés sur le terrain, j’ai été moi-même confrontée à certaines difficultés liées à la féminité : précarité menstruelle, risques de violences spécifiques au genre etc. Au-delà des atrocités de la guerre, j’ai également vu qu’il était possible, parfois avec peu de moyens, de faire une réelle différence dans la vie des femmes affectées par ces crises. L’idée de Dianina était née.

De retour en France, j’ai donc fondé Dianina, une entreprise à mission qui vise à lutter contre la précarité menstruelle mais également à briser les tabous autour de la féminité.

Ce projet s’articule autour de trois axes :

> Une marque de lingerie, que j’ai voulu inclusive et confortable. Et qui propose des protections absorbantes de haute qualité, bien utiles aux femmes. Le tout à des prix volontairement abordables.

> Un podcast, ‘Fière d’être Femme !’ qui aborde des thèmes en lien avec la féminité. Dans nos épisodes, nous abordons les problématiques rencontrées par les femmes d’ici et d’ailleurs, quelle que soit leur couleur de peau, leur origine, leur morphologie, leur vie etc… Ce qui m’anime, c’est de briser les tabous qui entourent la féminité, où qu’elle s’exprime.

> Un engagement humanitaire : Dianina reverse 15% de ses bénéfices à des œuvres engagées en France et dans le monde pour la cause des femmes. Après un premier projet réalisé au Népal en 2022, nous avons décidé de soutenir la Maison des Femmes de Saint Denis qui vient en aide aux femmes victimes de violence.

Lire aussi :   Cyrine Abdelkhalek

2- Et votre vie professionnelle

Je suis juriste et continue mes activités en ce sens. Parallèlement, je suis la présidente de Dianina, projet que j’ai fondé et que je dirige avec beaucoup d’engagement.

3- Et pourquoi ce secteur d’activité

J’ai toujours été éprise de justice et animée d’une volonté d’aider les femmes et d’œuvrer à ce qu’elles puissent prendre leur destin en main. C’est la raison pour laquelle j’ai fondé Dianina, un projet résolument féminin et féministe.

4– Quels sont vos projets à venir ?

Nous travaillons aujourd’hui au succès de Dianina. Si tout se passe comme prévu, nous espérons pouvoir renforcer notre soutien à la Maison des Femmes de Saint-Denis et mener un projet auprès de femmes vulnérables dans un pays étranger qu’il nous reviendra de déterminer en fonction de la faisabilité et de nos moyens.

5- Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie ?

Travailler dans plusieurs zones de conflit, parfois proches de lignes de front. Vivre avec des communautés isolées, dans des zones très reculées, au Nord Kivu, en Irak ou dans le Darien par exemple, a bouleversé ma vie et la façon de voir le monde. Je dirais même que j’ai pris conscience de ma féminité lorsque je me suis sentie plus vulnérable parce que femme.

6– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Oser, et comme disent les anglo-saxons : « never take no for an answer ».

7- Votre avis sur la situation de la femme.

En revenant en France, j’ai réalisé que certains tabous vécus par les femmes à l’étranger existaient aussi ici. Sur la question des règles par exemple, un phénomène biologique, naturel, normal, la parole commence à peine à se libérer alors que nos sociétés se considèrent comme émancipées et évoluées sur ces questions.

Lire aussi :   Wissal Sahel

Je ne parle même pas de la violence liée au genre, aux violences sexuelles ou domestiques, qui peinent encore à être prévenues et correctement punies.

Il y aurait également beaucoup à dire sur le sexisme, ou encore le racisme. La condition féminine est un sujet inépuisable, dans le monde entier, beaucoup de combats sont loin d’être achevés.

8– Votre avis sur le site ?

C’est une super initiative. Quand j’étais plus jeune, j’ai beaucoup souffert de ne pas avoir de « rôle model » féminin.

Je me suis construit avec des idoles masculines, et cela n’a pas aidé dans la définition des mes ambitions. Merci d’y avoir pensé !

9– Dernier mot ?

A quand le Podcast ? 😉

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Novembre 2023

 

Pack Lmf

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page