Interviews

Majdouline Benserhir

Pack Lmf Pack Basic

1- Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter, nous raconter votre parcours et vos activités

Je suis Majdouline Benserhir, native de Taza, mais, j’ai vécu treize ans à Tanger avant de vivre à Rabat et m’attacher aux multiples charmes de cette belle ville d’où je ne peux plus me séparer.
J’ai entamé l’étude de la musique à l’âge de dix ans grâce à la diligence de mes parents qui m’ont inscrite à l’époque au Conservatoire de Tanger.
J’étais -il y a lieu de le souligner – éprise de luth et désireuse avec amour, d’apprendre le maximum des techniques et des manipulations pratiques de ce magique instrument à cordes.
Cette passion sans limites m’a ainsi permis d’acquérir un savoir et un savoir-faire inestimable en cette matière.
J’ai commencé mes études musicales au conservatoire avec l’assimilation des fondements de la théorie musicale et le solfège, l’Art musical Andalou, du Malhoun, des Mouachahates ainsi que les genres traditionnels dits populaires ou Chaabi en général.
Fort heureusement, ma soif de musique ne s’est pas arrêtée juste à ce niveau,
J’ai poursuivi avec le répertoire marocain dans sa riche diversité, la musique de type classique et orientale, dans le but évident d’élargir au mieux mon répertoire et travailler davantage mon potentiel créatif.
Pour le registre académique, j’ai obtenu le prix d’excellence en luth, et par la suite, une licence professionnelle des structures et d’enseignement de musique à la FSE de Rabat.
A mesure que j’avançais dans les cours universitaires dans ce domaine, je donnais des cours de musique durant cinq ans au conservatoire national de musique et de danse à Rabat, et en parallèle, d’autres cours particuliers, outre plusieurs autres projets relatifs à mon vécu personnel et familial (je devais réserver une attention particulière pour ma mère).

2- Et votre vie professionnelle

En parallèle avec la musique, je suis titulaire d’un Master Spécialisé en Développement Informatique et des études doctorales dans la tranche du Big Data plus précisément.
J’ai travaillé en qualité d’Ingénieur Informatique au sein de nombreuses sociétés comme j’ai également assuré des cours à la faculté des sciences de Rabat alors que j’étais doctorante.
Présentement, je suis Ingénieur Big Data dans une institution du secteur public.

3- Et pourquoi ce secteur d’activité

L’informatique est de nos jours un créneau de la communication stratégique à haute valeur ajoutée en termes scientifiques et d’outillage technologique de pointe.
Bien que certaines catégories de personnes doutent voire sont sceptiques à son égard, elle fait – qu’on le veuille ou non – partie intégrante de notre quotidien privé et de notre vie professionnelle.
C’est la principale raison de mon choix.
D’un autre côté, la musique a été toujours l’élément qui épiçait ma vie. Elle me transmettait des émotions positives, me procurait une sensation de plaisir et de satisfaction.
Elle était ma source de motivation, et elle m’a aussi aidé à l’apprentissage au contraire d’autres personnes qui prétendent que c’est un moyen de distraction.

Lire aussi :   Loubna TAGRI

Comme elle a constitué une source appréciable pour financer mon cursus académique, de pouvoir disposer de mes propres ressources financières (argent de poche) et, par-dessus tout, être indépendante.

4– Quels sont vos projets à venir ?

Musicalement et artistiquement parlant, je me suis déjà lancée en tant que parolière et compositrice de mes propres œuvres chantées.
La première de mes récentes créations en tant qu’auteure (chant, paroles et composition) avait pour titre
« 3yeet », son thème évoque une souffrance sentimentale après une rupture. Et la deuxième qui est sortie juste il y a deux semaines est avec le titre « Ya Mi », dans laquelle je m’adresse à ma mère « Mi » et je m’en plains à elle en racontant ma souffrance dans cette vie, et ce qui distingue cette chanson c’est que je l’ai écrit sur moi-même et les paroles ont été sincères.
Ces deux chansons ont été enregistrées dans le studio de Mehdi Mahjour avec l’arrangeur Achraf Bensfia et elles sont disponibles sur Instagram et toutes les autres plateformes comme Spotify, Anghami

Leurs clips vidéo sont disponibles sur Youtube
J’espère prochainement pouvoir travailler sur un album si les moyens se présentent.

5- Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie

J’étais présente en tant que luthiste et chanteuse dans des grands festivals au Maroc et ailleurs, comme le festival international de luth à Tétouan ainsi que celui de Ksar Kebir, et d’autres festivals de musique andalouse et Malhoun à Rabat, Casa, Chefchaoun, Arfoud et Essaouira …
J’ai dispensé des master classes en France à Creuse en 2009, j’ai participé à l’animation musicale et générique du sketch « 3la seba » de Houssin Benyaz en 2011, et j’ai été membre créateur de Dar al Oud 2019.
J’ai joué avec plusieurs groupes et des grands artistes comme Mahmoud al Idrissi, Abdelouahed Tetouani, Amal Abdelkader Hayat al Idrissi et d’autres … sur des chaines télévisées marocaines et étrangères.
Mais l’évènement qui m’a marqué le plus est mon invitation au Festival International de Luth et Musique Arabe en tant qu’artiste invitée et qui va se dérouler en Mai à Malmö (Suède).

Lire aussi :   Nadia Kadiri

6– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Souvent, les femmes font beaucoup d’effort pour jongler avec toutes ces activités chronophages car concilier la vie professionnelle et la vie personnelle reste toujours et encore une problématique féminine. Les enfants s’ajoutent aussi avec une grande responsabilité, heureusement je ne me suis pas encore mariée, mais même dans cette situation, ne faites pas semblant d’être un homme ! les femmes sont faibles physiquement et il y a des moments qu’on a juste besoin de repos et de cumuler l’énergie, ce n’est pas grave ! il faut juste savoir repérer vos limites (notamment votre fatigue et votre énergie) et séparer la situation de votre personne.
Sachez identifier vos limites et vos qualités, placez la barre très haut, rêver et travailler pour réaliser ce rêve, et demandez-vous toujours pour quelle finalité et quel but vous faites les choses, donnez du sens à ce que vous faites.
Ne vous découragez pas au premier échec ! et en même temps gardez toujours un sentiment d’humilité et ne confondez pas qui vous êtes avec votre titre et votre fonction. Restez modeste et restez vous-même.

7- Votre avis sur la situation de la femme au Maroc

La femme marocaine a excellé dans plusieurs domaines, artistes, sportives, ministres, pilotes, médecins, ingénieures, techniciennes, femmes au foyer … la gente féminine est sur tous les fronts et s’impose de plus en plus dans le monde urbain et rural.
Et tout ça bien sûr en parallèle avec le travail domestique et la responsabilité familiale.
La femme marocaine fournit beaucoup d’effort et son rôle socio-éducatif et édificateur à l’échelle nationale est reconnu au sein de la collectivité, en égard à ses implications sociales et sur le processus global du développement.
Bien évidemment, tout n’est pas rose pour elle et moult problèmes et situations conflictuelles l’empêchent souvent de réaliser ses rêves et aspirations légitimes dans la société.
Ceci étant, je me dois de relever dans un souci de transparence et de crédibilité historiques que durant les vingt dernières années, la femme marocaine (mais aussi africaine et arabe) a réalisé un remarquable parcours pour s’affirmer et marquer son temps.
Nous devons ce progrès et cette place éminente de mes consœurs à la haute sollicitude de sa majesté le Roi Mohammed VI qui n’a pas cessé depuis son intronisation de souligner haut et fort que la femme représente la moitié de l’édifice social de la nation et de ce fait, mérite considération, respect et une position clé dans la vie collective.
Dans cette lignée de l’attention royale à l’endroit de la femme marocaine, l’ONU où le Maroc joue un rôle catalyseur a régulièrement fait écho de l’intérêt constant de sa majesté pour la défense, la promotion et la et la valorisation de la condition féminine au Maroc. L’objectif étant d’accorder à la femme la place qui doit être la sienne au cœur de la famille marocaine et de son souhait d’améliorer sa situation au triple plan culturel, économique et politique. Ce n’est que justice dans un pays où hommes et femmes sont les piliers de l’avenir pour construire une société de mérite et d’égalité des chances, dans une démarche démocratique et inclusive.
Il y a lieu de retenir que la femme marocaine est une combattante, très protectrice avec sa famille, et presque la maman de tous dehors. Elle excelle en remèdes des grandes mères, elle a un master en Souab (Chaque formule de politesse est utilisée de manière très spécifique) et un doctorat en 7daga ^^

Lire aussi :   Ariane Kouassi

8– Votre avis sur le site ?

J’aime beaucoup l’idée du site, le fait de lire les progrès et les exploits des femmes partout dans le monde et les connaitre.
Je propose de créer un espace de débat féminin sur des sujets strictement féminin. Et pourquoi ne pas penser à un site multilingue pour pouvoir toucher un public plus vaste.
Comme vous pouvez aussi publier des capsules audios et surtout vidéos concernant des femmes qui ont réussi leur parcours.

9– Dernier mot ?

Que le succès alimente les contributions positives de toutes les synergies et puisse le travail permanent, productif d’idées et de projets pertinents générer une société où la musique, la culture et les arts sont les socles pérennes de la créativité de chacun d’entre les humains sur terre car la musique donne une âme à nos cœurs et des ailes à nos pensées, et nous avons besoin, avant tout, d’une société soudée, solidaire et performante par ses actes d’audace et d’innovation.
And last but not least, je vous remercie pour cette belle opportunité d’échanger avec des femmes partout dans le monde.

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Décembre 2022

Pack Lmf

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page