Close

Mouahié Rose KOUASSI

Mouahié Rose KOUASSI

Mouahié Rose KOUASSI

– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter, nous raconter votre parcours et vos activités

Bonjour, je suis Mouahié Rose KOUASSI, j’ai 26 ans et je suis la Fondatrice et Gérante de l’entreprise Agrikraft SARL, une entreprise dans le domaine de cosmétiques naturels basée en Côte d’ivoire. Je suis agronome de formation, j’ai débuté par un DUT en Génie Biologique option Agronomie en France, puis j’ai eu un Bachelor en Agronomie en Autriche, j’ai terminé mon parcours avec un Master en International Agribusiness en France, à Angers. 

 

– Et votre vie professionnelle

J’ai crée l’entreprise Agrikraft SARL en avril 2019 et je voulais me lancer dans le négoce de noix de cajou. Mais après plusieurs tentatives infructueuses, j’ai décidé de me former et de me tourner vers la filière Karité afin de déployer mon projet Karité Kids que j’avais à cœur. 

 

– Et pourquoi ce secteur d’activité 

J’ai toujours été une passionnée de plantes et d’astuces de beauté avec les plantes, les huiles et beurres végétaux. Pour moi la beauté ne devrait pas mettre en danger la santé des utilisatrices et depuis mon jeune âge j’aime tout ce qui est naturel, sain et respectueux de l’environnement. A travers mon entreprise et les différentes marques, je souhaite partager ma passion pour les cosmétiques naturels et valoriser les produits du terroir ivoirien. De plus je suis une personne altruiste, je me préoccupe beaucoup des autres, surtout des conditions de vie des paysans et de leurs enfants. J’ai donc voulu allier beauté et cause sociale pour améliorer les conditions de vie des paysans ivoiriens.  

 

– Quels sont vos projets à venir ? 

Mon projet est de faire connaitre mon concept Karité Kids. Karité kids vise à vendre de la chantilly de beurre de karité à la vanille et au citron, et une partie de nos bénéfices est reversée pour acheter des kits scolaire pour les enfants des femmes productrices de beurre de karité en Côte d’Ivoire. Depuis 2020, ce sont 90 enfants qui ont reçu des kits scolaires. Mon objectif est d’avoir encore plus d’impact, accompagner encore plus d’enfants de paysans et surtout favoriser un climat de travail agréable pour les différents salariés de l’entreprise. 

 

– Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie 

Etudier à l’étranger et voir comment les conditions de réussite pour les jeunes en Europe sont favorables comparés à beaucoup de jeunes ivoiriens qui peinent à avoir une éducation de qualité et normale. Pour moi c’est inacceptable qu’au 21e siècle, on parle de grandes avancées technologiques alors que dans certains pays d’Afrique, l’accès à l’éducation est encore très difficile. J’ai décidé à travers d’exprimer mon envie de changement, mon envie d’un monde juste et solidaire non pas par des mots mais par le fruit de mon travail au travers de l’entrepreneuriat. L’Afrique n’a pas besoin de belles paroles et de promesses, mais elle a besoin de personnes motivées y compris les jeunes qui posent des actes pour changer les choses. 

 

– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Alors mon conseil est de se connaitre soi-même et de commencer à s’apprécier telles qu’elles sont sans se comparer à une tierce personne. En apprenant à se connaitre, elles discerneront ce qui fait d’elles des femmes authentiques. Les femmes ne doivent plus avoir peur de montrer au monde leurs authenticités et leur vision du monde. La femme a également le droit de rêver, d’être ambitieuse et de voir les choses en grand. Ce n’est pas uniquement destiné aux hommes, ni à un type de femmes, mais à tout le monde. Enfin il faut qu’elles arrivent à surpasser la peur en elles et qu’elles se lancent. On ne vit qu’une seule fois! 

 

– Votre avis sur la situation de la femme en côte d’Ivoire 

A mon avis, la femme ivoirienne  est une femme battante, une femme courageuse, une femme ambitieuse. Quand je pars dans les marchés, partout en ville et même en campagne, vous voyez des femmes en activité, des femmes qui veulent faire changer les choses mais la femme reste encore dans l’ombre. La situation de la femme pourrait être améliorer en les encourageant dans leurs activités et aussi en leur permettant d’avoir accès à des soins de qualité en obstétrique pour diminuer les pertes en vie lors de l’accouchement. 

 

– Votre avis sur le site ?

Je trouve que Le Monde Féminin est une belle initiative qui permet de voir les femmes en premier plan et de nous motiver en tant que jeunes femmes afin de construire un avenir meilleur pour les femmes en devenir et pour l’humanité tout simplement. 

 

– Dernier mot ?

Les mots s’évaporent, les actes restent, soyons des femmes qui n’agissent plus qu’elles ne parlent. Merci à l’équipe Le Monde Féminin pour cette opportunité et je vous souhaite plein de réussite pour la suite.

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Mars 2022

 

scroll to top