Les femmes d'AfriqueInterviews

Saloua Benamar

Pack Lmf Pack Basic

– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter, nous raconter votre parcours et vos activités

Bonjour, avant tout je vous remercie pour l’intérêt que vous m’aviez accordé. Je me présente, je suis Saloua Benamar. J’ai 23 ans. J’ai vu le jour au Maroc, mon pays de cœur et d’origine dont je suis reconnaissante pour les valeurs qu’il a su me transmettre. Après mon bac, j’ai intégré une des universités les plus prestigieuses au Maroc, l’Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Settat.

Après 3 ans, j’ai décidé de tenter une nouvelle aventure : aller étudier en France. Puisque l’école détenait des partenariats avec des écoles de commerce en France, c’est comme ceci que j’ai pu obtenir mon billet pour venir en France.

J’ai fait un master en Marketing Digital à l’ESC de Clermont-Ferrand. Et aujourd’hui je suis étudiante en Master Spécialisé Marketing et Data Analytics à Neoma Business School en Alternance chez Aptar Pharma Groupe en tant que Data Analyst. Alterner entre vie professionnelle et personnelle s’avère être un challenge pour moi ces dernières années, du coup, je ne saurai vraiment évoquer mes activités si ce n’est bouquiner ou encore pratiquer du sport.

– Et pourquoi ce secteur d’activité

J’ai honnêtement choisi Marketing parce que j’ai toujours senti que c’était le domaine qui s’alignait le plus à mes traits de personnalité. Selon moi choisir sa carrière est très important et peut vite basculer vers un dilemme cornélien quand nos rêves ne vont pas en l’encontre de ce que propose le marché du travail. Cependant, pour moi le choix était vite fait. Je suis tombée sous le charme du domaine du Marketing dès le premier cours. Je suis une personne créative qui aime faire parler son imagination et faire évader son esprit. Le domaine bureautique ne m’a jamais paru attractif. Cependant, je cherche toujours à faire évoluer mes compétences, rester éveiller sur vers où va le monde. Et la Data c’est le futur.

Lire aussi :   Zineb TRIKI

Manipuler la data, faire parler les chiffres. Et donc afin d’allier ma passion pour le Marketing et le monde de la Data, j’ai voulu entreprendre ma carrière en tant que Data Analyst.

– Quels sont vos projets à venir ?

Pour l’année prochaine, je vais essayer d’être réaliste et j’espère décrocher un CDI au sein d’une multinationale. Je cherche à être épanouie. L’aspect matérialiste est peu attrayant. Cependant, l’atout décisif dans ma quête est surtout une entreprise qui respecte les valeurs ethniques de chacun, défend le racisme et respire la diversité et l’inclusivité. Mais je sais que tôt ou tard, je laisserai tomber le salariat. Le monde appartient aux preneurs de risque et l’entreprenariat est un des plus conséquents. Mais je veux tenter ce chemin. Je veux créer ma propre marque de cosmétique basée sur des produits bio, écologique et vegan. Une marque qui bouleversera les tendances et les codes du monde cosmétique où la beauté, qui normalement dépend de la perception de chacun, est devenu aujourd’hui universelle. Je veux que mes produits servent à mettre en valeur les imperfections de la femme et non l’aider à ressembler à l’image de la femme fatale que les marques cosmétiques cherchent à ancrer dans nos esprits.

– Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie

Je suis une dévouée du bénévolat. Comme le dit si bien le proverbe : « l ’union fait la force et une main n’applaudit jamais seule. »Et c’est grâce à une de ses expériences que ma vie a basculé.

Durant l’été 2019, je suis partie en Turquie avec l’AIESEC qui est une association apolitique à but non lucratif. J’ai passé un mois et demi à peu près en tant que maîtresse d’anglais pour des enfants dont l’âge ne dépassait pas les douze ans. Pour moi, j’étais là pour transmettre une information, mais ce que je ne savais pas c’était que cette expérience allait me changer à vie. Chaque jour qui passait, c’était en effet moi qui apprenais. J’apprenais à me connaitre, à savoir qui j’étais.

Lire aussi :   Wissam Bendajja

J’ai appris à devenir ma propre priorité et surtout devenir indépendante. J’ai traversé pas mal d’obstacles. C’était la première fois où je voyageais en dehors du Maroc toute seule. Mais ce voyage était une opportunité pour moi de m’ouvrir à une autre culture, de participer à un échange culturel qui a forgé mon caractère et inculqué des maximes qui aujourd’hui font partie de moi.

– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Ne vous contentez pas d’être des rêveuses. Soyez des ambitieuses. Chaque jour est une opportunité de réaliser un de objectifs ou du moins essayer de se rapprocher à ce qu’on veut aboutir. Rien ne peut vous arrêter. Votre plus grand ennemi peut tout autant être votre plus grande force ; et c’est bel et bien votre détermination et votre volonté. Jouez sur votre mental, croyez en vous. Personne ne va le faire à votre place. Tentez, rappelez-vous qu’on a qu’une seule vie. Fixez des objectifs et travaillez sur leur concrétisation. Chacune en nous détient une force et il faut puiser pour la trouver. Le chemin peut être épineux mais la gloire et la réussite sera d’autant plus savoureuse. Et à ce moment-là ce sera votre moment de briller. Alors n’attendez pas demain mais travaillez sur votre version de demain.

– Votre avis sur la situation de la femme

Je réside en France mais je préfère parler de la situation de la femme au sein de mon pays de cœur. Je pense que l’on vit toujours malheureusement dans une société un peu patriarcale mais si l’on compare avec la situation de la femme à l’époque de nos grands-parents, je pense que l’on revient de loin. Mais quand on voit que le viol n’est pas sévèrement puni par la loi, que la femme préfère encore rester silencieuse face à des violences conjugales car le statut d’une femme divorcée est mal vue par notre société, ceci m’attriste beaucoup.

Lire aussi :   Khadija Achalhe

Mais je crois en la femme marocaine, la guerrière qui élève des générations et qui de nos jours arrivent à rallier entre ses responsabilités en tant que femme au foyer et être active au sein de la société. Je suis fière car, aujourd’hui, au Maroc, nous avons des médecins femmes, des architectes femmes, des conductrices de tram et train femmes.

La femme a su faire place dans différents domaines. Mais ce n’est que le début, le chemin est long et notre quête vers une société où l’équité entre les deux sexes priment et règnent est la flamme qui brûlent en chaque femme marocaine. Et je compte sur notre génération féminine pour porter le flambeau et le soulever encore plus haut.

– Votre avis sur le site ?

Je pense que ce site est une plateforme d’expression qui nous donne à nous les femmes une chance de briller, de s’exprimer, rétablir la vérité et surtout échanger librement. Échanger sur des expériences et partager notre avis sur un fait qui nous touche particulièrement : notre statut et comment améliorer l’image de la femme au sein de la société.

Donc je remercie ce site, de la part de toutes les femmes du monde entier, car grâce à vous, on s’affirme.

– Dernier mot ?

Merci encore une fois pour votre opportunité.

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Janvier 2023

Pack Lmf

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page