Close

Fatou NDIONE

Fatou NDIONE

Fatou NDIONE

 

– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter, nous raconter votre parcours et vos activités

Jeune femme trentenaire bien dans ses bottes, juriste de formation à l’ambition débordante et assumée, qui a à cœur de bousculer les idéologies pré-établies, de s’extraire du conformisme social et de faire sa place dans un monde teinté d’injustices,  je m’appelle Fatou NDIONE.

J’ai passé toute mon enfance et mon adolescence au Sénégal, plus précisément à Dakar dans un cadre familial moderne. L’éducation scolaire étant primordiale pour ma mère, j’ai, à cet effet, essentiellement fréquenté de grandes écoles privées à Dkr réputées pour leur qualité d’enseignement du primaire jusqu’à l’enseignement supérieur. Je suis profondément reconnaissante d’avoir eu cette chance.

Après le Bac, j’ai suivi une formation universitaire en ingénierie juridique avec comme spécialité la banque-assurances, choix principalement influencé par une maman banquière. Vous savez les parents veulent toujours orienter le choix d’études de leurs enfants. Cela part d’un bon sentiment parfois, mais cela peut être négatif. Conséquemment, il pourrait être difficile voire impossible pour l’enfant d’exprimer ces réelles aspirations.

Par la suite, une fois la licence en poche, je suis venue en France poursuivre mes études juridiques mais cette fois-ci en droit des affaires et de l’entreprise (plus en adéquation avec mes ambitions), filière incontournable dans la gestion d’entreprises, dans l’optique d’acquérir des outils, des compétences dans des matières régissant la vie d’une entreprise et dans ses rapports avec les différentes parties prenantes. J’ai toujours su ce que je voulais faire : Dirige, gérer une entreprise.

Pour ce qui est de mon parcours professionnel, après mes études, j’ai tout naturellement été tournée vers le salariat pour acquérir de l’expérience. J’ai travaillé (hormis les boulots alimentaires) dans mon domaine d’expertise à savoir le juridique, et la banque assurances. J’ai habité pendant plusieurs années dans une ville berceau des sièges sociaux des grands groupes mutualistes. J’ai travaillé dans un organisme de crédit et dans une compagnie d’assurance pendant des années.

Après une pause de maternité, il y’a 2 ans, dans un cadre purement professionnel, j’ai rencontré un chef d’entreprise basé à Washington. J’avais à cette époque rencontré des difficultés pour propulser mon entreprise de services de luxe qui venait d’être créée à cause de la crise sanitaire. Nous nous sommes rapidement fait confiance. Nous avons alors envisagé parallèlement une association et convenu que je l’accompagne dans la gestion de  projets internationaux qu’il dirigeait de par sa structure. J’ai eu alors l’opportunité de participer dans un projet d’envergure de création d’une grande unité industrielle de revalorisation énergétique à l’étranger financé par l’Allemagne. J’ai découvert le monde industriel et tout ce que cela impliquait comme enjeux et exigences. Quelle immense fierté pour moi d’être la seule femme, de loin la plus jeune dans un groupe d’hommes, d’entrepreneurs aguerris qui gèrent de gros portefeuilles. C’est carrément une enrichissante expérience presque inespérée avec de belles rencontres ce qui m’a d’ailleurs conforté dans mes choix professionnels. Malheureusement les aléas de la vie et la difficulté de mettre en pratique (administrativement) une association inter-pays m’ont fait revoir mes plans.

Aujourd’hui je suis dirigeante, Présidente co-fondatrice et associée d’une tête de groupe français, en d’autres termes une société-mère dont la vocation est de constituer à terme un groupe de sociétés. À ce jour nous détenons une société fille opérationnelle dans les Télécoms en B2B en France, sans compter d’autres projets dont un en cours à l’étranger (dont je tairai le contenu pour le moment).

En tant que dirigeante de la société Raywanson Group, je pilote le groupe dans sa globalité,         m’occupe de sa gestion courante, définit la politique du groupe, contrôle nos filles…Néanmoins, chaque filiale est (ou sera) indépendante et gère librement ses activités, mais le groupe a un regard déterminant sur toutes les prises de décisions de ses filiales.

En tant que présidente du groupe, je suis mandataire sociale et représente la société vis à vis des tiers.

 

– Pourquoi l’entreprenariat ?

La réponse est toute simple. D’abord je suis une femme qui a toujours rêvé grand, éprise de liberté, mais surtout qui a cette envie de créer, de développer un projet, de le faire grandir avec une belle équipe autour d’une même vision. J’ai toujours été animée par ce désir d’entreprendre dès mon plus jeune âge. J’ai encore en mémoire au lycée, en seconde, les discussions que j’entreprenais avec une amie très chère qui d’ailleurs m’encourage toujours dans la poursuite de mes rêves. Chaque fois que nous parlions d’avenir, je lui disais chaque fois que je voudrais être  chef d’entreprise, sans pour autant à l’époque savoir de quoi cela retournait vraiment.

Entreprendre c’est aussi pour moi un besoin d’accomplissement personnel, de puiser dans mes ressources les plus insoupçonnées pour me réaliser.

Aujourd’hui, je ne peux qu’être fière de moi. Je suis restée fidèle à mes aspirations. C’est tellement bon ce sentiment de donner véritablement du sens à sa vie dans la mesure où on fait ce qui nous anime, nous fait vibrer au plus profond de nos entrailles.

Il convient néanmoins de noter que ce n’est pas un exercice facile. Je ne vais pas donner une image reluisante de l’entreprenariat. C’est un rythme frénétique avec peu de répit. C’est totalement utopique de penser que tout roule comme sur des roulettes. Il existe des moments de doute, de remise en question, d’échec et plus sincèrement des moments où on a juste envie d’abandonner. Qu’à cela ne tienne, il faut se battre et toujours garder à l’esprit pourquoi on le fait. J’ai la ferme conviction que quand on veut, rien ne pourra nous arrêter. 

 

– Quelle est votre vision à long terme ?

Je suis très enthousiaste aujourd’hui à propos de ma fonction au sein de notre société. Nous avons une vision claire de là où nous voulons aller et nous mettrons tout en œuvre pour atteindre nos objectifs. Ma mission et celle des gens qui partagent cette aventure avec moi est de nous concentrer pleinement d’abord sur nos objectifs à court terme pour développer nos activités, porter notre entreprise. Cela va de soi.

Ensuite, à long terme, bien évidemment nous nous investirons pour d’autres nouveaux projets stimulants, c’est l’essence même de notre société mère.

Enfin, personnellement j’ai une envie voire même un besoin d’apporter de ma personne dans des causes en parfaite corrélation avec mes convictions. Il me semble évident que nous avons tous un rôle à jouer, chacun à sa juste échelle pour être utile à la société. J’ai repéré de belles associations que je souhaite intégrer. Je vous donnerai des nouvelles, rires.

 

– Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie ? 

Je dirai quand j’ai quitté pour la première fois le cocon familial vers d’autres horizons c’est à dire pour la France. Être confrontée à une nouvelle culture, un nouvel environnement a révélé mon potentiel. Etre une très jeune fille et devoir se débrouiller seule dans une ville où je ne connaissais personne, c’est quand même un sacré exploit. J’ai cependant rapidement su m’adapter, trouver mes marques même si ce n’est jamais facile pour une jeune fille loin de sa famille, de ses repères.

Ce qui m’a le plus marqué également, c’est que partir m’a permis d’exprimer ma vraie personnalité. Etre livré à soi même, c’est presque une question de survie, d’urgence de faire face à des changements qui nous bouleversent carrément. J’ai appris par la même occasion à être moi même, à m’exprimer en tant que personne quand on sait l’éducation assez restrictive que nous recevons nous les femmes dans nos pays d’origine, sans trop rentrer dans les détails. Loin de moi l’idée de blâmer ou de remettre en question quoique ce soit, toutefois il faut le reconnaitre, peu de femmes osent s’affirmer de peur des jugements d’une société très patriarcale. Bien évidemment notre culture fait partie intégrante de notre identité, de notre socle de valeurs, seulement il faut apprendre à trouver le bon équilibre et se départir de ce qui ne nous fait pas avancer. Pour autant, je demeure une femme de valeurs et de convictions grâce à mes origines.

Ensuite, être maman a changé ma vie. C’est une expérience incroyable qui vient avec ses questionnements, qui bouleverse toute une vie, qui fait naître de nouvelles responsabilités. Je me suis découverte d’autres facettes, ressources  et à contrario des fragilités. Être  maman c’est faire face à des changements déstabilisants, une importante charge mentale Cependant, j’éprouve une immense gratitude de connaitre le bonheur qu’est la maternité. Mes enfants sont mon carburant et me donne la force d’être meilleure chaque jour pour leur épanouissement, leur équilibre. Jamais j’aurai imaginé aimé autant des êtres si profondément. C’est juste indescriptible. C’est la plus belle chose qui me soit arrivé. Merci la vie!

 

– Quelles sont vos inspirations, vos forces et faiblesses ?

Je suis une femme à la personnalité entière, rigoureuse, téméraire, qui a du caractère parfois clivant mais très bonne copine avec les gens qui m’aiment. J’apprécie l’humain au dessus de tout, tout en choisissant bien entendu avec rigueur mon entourage.

Par ailleurs, j’ai conscience que je ne suis parfaite. J’ai appris à me connaitre davantage grâce à un long processus de connaissance de soi et de développement personnel. Je suis en effet une bonne cliente de cette pratique pour consolider mes atouts, de ce travail sur soi qui me permet aussi d’identifier mes faiblesses, de les accepter et par conséquent de les corriger. Par exemple, je suis très exigeante avec moi même et avec les autres, trop perfectionniste, rigide comme on me définit souvent, et je me laisse facilement déborder par les émotions. Derrière cette armure de femme forte, se cache une âme très sensible. Maintenant, dans la vie de tous les jours, je pratique régulièrement de la méditation, et du yoga pour contenir tout ce flot d’émotions qui pourrit l’esprit, lâcher prise et me concentrer sur l’essentiel.

Parmi les personnes, figures extérieures qui font réellement écho chez moi, je peux citer Simone de Beauvoir en France qui a ouvert la voie à l’émancipation des femmes dans les années 40 d’après-guerre.

Ensuite, je suis très inspirée par Michelle Obama de par son parcours qui est quand même une icône, un modèle pour beaucoup de femmes à travers le monde. En tant que femme noire, elle a montré qu’on peut atteindre les hautes sphères de la société peu importe ses origines. Femme racisée, avocate de profession, ancienne première dame des Etats-Unis !

Enfin, j’ai un faible pour Viola Davis, cette femme impactante, de caractère issue d’une famille pauvre qui a marqué l’histoire du cinéma avec son interprétation mémorable dans Murder ce qui lui a valu d’être la première femme noire à remporter un Emmy Award. Une belle revanche ! Et comme elle le rappelle toujours, nous ne devons jamais douter de nous car nous avons tous de la valeur.

 

– Nous sommes aujourd’hui le 8 mars 2022, qui est la journée internationale des droits de la femme. Qu’est ce cela vous inspire en tant que Femme ?  

Étant née un jour de mars, le 01 mars plus précisément, le mois de mars est très symbolique pour moi. Je me célèbre moi en même temps que je célèbre le 08 mars, journée qui met à l’honneur toutes les femmes du monde. Ce que je retiens le plus du 8 mars, c’est une journée d’action, de sensibilisation, une occasion de soulever les problématiques des femmes, de faire le point sur les avancées dans la lutte des droits des femmes et des progrès qui méritent d’être relevés. C’est magnifique toutes ces mobilisations à travers le monde pour échanger sur la question de la place de la femme dans la société. Cela permet aux femmes de porter leurs voix sur des thématiques qui les concernent et pour lesquelles elles sont les mieux placées pour les défendre. Par ailleurs, ce que j’aime le plus, pour l’occasion on découvre des personnalités leaders, des femmes impactantes à travers des expositions, des conférences, etc… C’est le sillage de La Girl Power !

Mais une seule journée ? Est ce vraiment suffisant ? Telle est la véritable question et je laisse à chacune d’y répondre selon sa conviction. Tant qu’on avance, c’est l’essentiel pour moi. Lentement certes, mais sûrement !

 

– Quelle est votre vision sur l’égalité homme-femme ?

En tant que femme, je suis tout particulièrement concernée par la condition de la femme. Il est nécessaire d’agir, chacun à sa juste échelle, pour un monde plus juste. Chaque femme doit viscéralement rejeté toute forme de condescendance, d’inégalité des genres. 

Le principe d’égalité a été inscrit dans la la constitution française depuis 1946. La loi n’a de cesse évolué. Toutefois, les disparités subsistent entre hommes et femmes dans la vie. 

En France, l’inégalité la plus marquante est celle de la rémunération malgré un important dispositif législatif garantissant aux femmes des droits égaux à ceux des hommes. La situation des femmes demeure fragile également dans certains domaines où il y’a un sexisme particulièrement persistant (par exemple dans le cinéma ou encore le sport) ponctué par un rapport de domination, de violences sans nom. Mais je me réjouis que les choses bougent maintenant en Occident, que la parole se libère, que les femmes dénoncent justement ses violences sexistes ou sexuelles. C’est une véritable révolution et un cap. Le dispositif légal permettant de protéger les femmes a été renforcé ces dernières années même si j’estime que dans la mise en pratique des mesures de protection il y’a encore beaucoup à faire. La preuve, il suffit de voir le nombre exponentiel des féminicides dans le monde de manière générale. 

De même, les femmes sont très nombreuses dans les emplois précaires, sans compter les difficultés à accéder à certaines hautes fonctions managériales. C’est juste aberrant ! Il est primordial de mettre fin à toutes formes de discriminations basées sur le genre. Les femmes ont des capacités autant que les hommes, doivent prétendre aux mêmes choses que les hommes en fonction de nos besoins

 

– Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui veulent réussir ?

Je n’ai pas la prétention de donner des conseils, mais je veux dire à toutes ces femmes qui aspirent à réussir qu’il n’y a pas de secret. Il est important d’avoir une confiance en vous, foi en vos capacités car nous sommes tous dotés d’un potentiel illimité à condition d’identifier ce qui nous passionne dans la vie, la raison de ses lever le matin. À partir de là, il faut poser des actes, travailler dur dans la quête de ce qui nous anime, avec discipline et rigueur. 

Nous vivons dans un monde où la société nous aseptise en tant que femme. Il faut avoir le courage pour aller loin de briser les codes, de s’affranchir de certains diktats ou du conditionnement social que nous subissons. Aussi, il est important de s’écouter, de toujours prendre en compte son intime conviction, et de ne jamais laisser personne décider ou définir qui nous sommes ou notre place dans la société. Enfin, pour quiconque veut se réaliser, il faut être exigent avec son entourage amical et professionnel, s’entourer des personnes qui vous tirent vers le haut et surtout s’aimer inconditionnellement.

 

–  Votre avis sur le site ?

Je ne peux que vous féliciter et encourager votre travail. C’est une belle convergence de Warriors aux parcours pluriels et aux domaines dissemblables mais tous inspirants. C’est une belle initiative cette plateforme spécialement dédiée aux femmes pour leur permettre de raconter leurs histoires personnelles.

 

– Dernier mot ?

Je suis reconnaissante de toutes les belles opportunités qui s’offrent à moi au quotidien aussi bien personnelles que professionnelles et surtout fière de la personne que je deviens. Le chemin est parfois tranquille, parfois rocailleux mais le plus important c’est de toujours se laisser guider par ses rêves et avoir la force de dépasser certains accrocs. Nous avons seuls le pouvoir d’écrire notre légende.

Merci de m’avoir permise de porter ma voix en tant que femme !

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Mars 2022

 

scroll to top