InterviewsLes femmes d'Afrique

Samira Jaouhari

Pack Lmf Pack Basic

1- Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter, nous raconter votre parcours et vos activités

Samira Jaouhari, mariée et mère de deux enfants. Née a Marrakech où j’ai suivi mes études primaires, secondaires puis universitaires,
J’ai intégré le ministère de l’éducation de l’enseignement et du Sport au titre d’enseignante de français.

2- Et votre vie professionnelle

Soucieuse d’imprimer à mon action pédagogique une dimension humaine et socialisante, j’ai élargi le champ de mes actions, dès le début de ma carrière, à d’autres activités liées à la vie scolaire. J’ai donc établi des passerelles avec des associations artistiques et éducatives, pour une meilleure gestion de mes classes.

Dans ce sens, j’étais l’une des premières à avoir mis en place une formule inédite pour des débats entre élèves du même établissement ou avec d’autres établissements privés.

Ensuite , je suis devenue membre de l’association ARTEM ( Association Régionale de Théâtre des Enseignants de Marrakech). Cela m’a permis de participer, de diriger et d’encadrer une troupe d’élèves- comédiens que j’ai accompagnés dans plusieurs festivals à l’Institut Français de Marrakech ainsi qu’à de nombreuses manifestations au Maroc et à l’étranger, dans le cadre de partenariats scolaires.

Aussi, l’amour de la musique et du chant, depuis mon enfance, particulièrement quand il s’agit des Mouachahates m’a permis de comprendre, pour mieux maitriser, le sens du rythme, de la mesure et de la mélodie surtout quand il s’agit de gérer mes cours de français. Au bout d’une vingtaine d’années, je suis devenue présidente de l’association CAM ( Club Des Amis des Mouachahates ), une association qui œuvre dans le but de préserver le chant Arabo-andalous. Nous avons participé à diverses manifestations musicales dont le festival international « Sawt » et récemment le festival Tarab Al Assil dans sa première édition, à Agadir, Safi, mais également en dehors du pays, dans le cadre d’un festival à Clermont-Ferrand.
Le chant m’a interpellé, je me suis trouvée amoureuse des mots en français et en arabe alors j’ai relevé le défi et publié mon premier recueil de poèmes  » Grésillement d’une plume « , paru dans les Editions Publishroom Factory à Paris.

Lire aussi :   Tako Camara

3- Et pourquoi ce secteur d’activité

D’abord j’ai voulu réaliser le vœu de mon père qui voit l’enseignement comme un métier noble. Je suis tombée amoureuse de mon métier à tel point que je trouve du mal a m’en séparer, un jour.
Je considère mon métier comme un art qui ne se limite pas seulement à transmettre des connaissances. Pour moi, c’est une sorte de sarderdoce qui nécessite un dévouement total. Diversifier les approches, ajuster, écouter, créer….dans surtout une démarche ludique et responsable.

4– Quels sont vos projets à venir ?

Deux autres recueils de poèmes qui vont paraître bientôt. L’un en français  » Mots et maux de ma plume  » dans les mêmes éditions Publishroom Factory à Paris. Le deuxième est en arabe  » أزيز الريشة  » ici au Maroc et qui comporte la traduction de quelques poèmes écrits et publiés déjà dans mon premier recueil en français.
Je compte également publier un roman autobiographique que j’écris lentement. C’est ma première expérience dans le domaine de la narratologie et j’avoue que ce n’est pas facile.
Dans le cadre de la chorale, une soirée de notre Chorale Club Des Amis des Mouachahates, à 2M que nous venons d’enregistrer avec le grand ténor de la chanson arabe Ssi Zbadi et la fameuse chanteuse Nouzha Chaâbaoui, ainsi qu’une émission du grand artiste Abdesslam Khelloufi, présentée par la belle star Sanaa Marhati dans l’émission de  » ألحان عشقناها « 

5- Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie.

Le mariage rapide de mon père après le départ de ma mère. Que Dieu les aie en sa sainte miséricorde tous les deux. Cela m’a bouleversé. Certes, c’est un droit religieux et légitime mais c’est un crime vis-à-vis des enfants et il faut qu’on revoit ce problème sérieusement. D’ailleurs, c’est ce que je raconte dans mon roman.
Une prise de conscience, que ce qu’on a appris durant notre vie scolaire ne doit pas être enterré, il faut le développer à bien des égards.

Lire aussi :   Lalla Aïcha

6– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

La réussite peut se faire avec des moyens simples. Elle se résulte à l’ambition, à l’engagement, à l’estime de soi et à l’amour de son métier mais sans tomber dans l’orgueil.
Aller vers l’autre, apprendre tout seul ou en imitant nous permet de fourbir nos armes et mieux se préparer aux obstacles de la vie.

7- Votre avis sur la situation de la femme.

J’invite la femme en général à la persévérance, à la communication, à l’extériorisation. Nous avons au Maroc des compétences et des potentialités extraordinaires mais plusieurs d’entre nous préfèrent le silence pour des raisons ou d’autres. Je dis « non », nous devons nous unir et nous rattraper pour : réparer، corriger, éclairer, immuniser, protéger pour que notre changement soit dans le bon sens et pour que l’image de la femme marocaine soit respectable et digne de sa valeur.

8– Votre avis sur le site ?

Un site magnifique. Félicitations à vous Mr Aziz Harcha pour le concept. Nous avons vraiment besoin de cet espace réservé uniquement aux femmes et je vois que le site s’intéresse à des femmes de tous les coins du monde, comme quoi, il faut juste vouloir pour pouvoir changer le monde.

9– Dernier mot ?

Beaucoup de sujets concernant la femme restent en suspens, il faut les traiter, le travail des campagnes de sensibilisation tout seul, ne suffit pas. Il faut passer par d’autres moyens et votre site en est un, pour donner des exemples réels. Dire ce qu’il faut faire ou ne pas faire reste juste des paroles qui s’évaporent avec le temps, il faut passer à autre chose. Il ne s’agit pas d’un combat contre les hommes mais contre nous mêmes, un défi pour que le progrès se fasse dans le bon sens.

Sommes-nous capables, sommes-nous prêtes à relever le défi ?
Quelles mesures doit-on prendre pour le faire ?
Quelles sont les possibilités à saisir pour y arriver sans trop attendre Godot qui ne viendra peut-être jamais ?

Lire aussi :   Nadine KAHO

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Février 2023

Pack Lmf

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page